Fantastic Hey hey hey

La vidéo que je vais vous présenter dans cette article est très connu également dans le milieu des creepypastas. Elle s’appelle Fantastic hey hey hey et dans cet article je vais essayer d’avoir la grande prétention de pouvoir vous en parler et peut-être même vous expliquer pourquoi elle vous gêne ou vous terrifie.

Mais il faut d’abord parler de sa légende, car elle participe à la frayeur que nous procure ce phénomène. Tout commença, apparemment, par une séance de spiritisme entre amis (on aime bien ça quand on est jeune, con, et trop dark). Soudainement, il paraîtrait qu’une des jeunes filles se soit levée et ait commencé à chanter quelque chose comme « I sing fantastic… hey hey hey » d’une voix pour le moins étrange. Ses camarades l’auraient filmée et envoyée sur Youtube. Cependant, la vidéo disparut mystérieusement et seule la bande-son originale resta intacte. La vidéo, elle, ne représentait plus la jeune fille, mais… autre chose…

Je vous laisse constater :

Vous pouvez reposer vos oreilles et vos yeux maintenant.

Alors ? Cette vidéo vous a-t-elle gêné ? Perturbé ? Horrifié ? Il est clair en tout cas qu’elle ne peut pas laisser de marbre. La vidéo de la jeune fille aurait donc été remplacée par une vidéo d’un robot à forme humaine.

Mais pourquoi cette vidéo sans queue ni tête arrive-t-elle à nous faire autant d’effet ? Je tente ici d’apporter des réponses précises à cette question.

Je vais d’abord vous parler d’une théorie de psychologie expérimentale concernant les humanoïdes : la théorie de la Vallée Dérangeante. Voici la définition qu’en donne Wikipédia (mon ami de toujours) :

« La vallée de l’étrange est une théorie scientifique du roboticien japonais Masahiro Mori, publiée pour la première fois en 19701, selon laquelle plus un robot androïde est similaire à un être humain, plus ses imperfections nous paraissent monstrueuses. Ainsi, certains observateurs seront plus à l’aise en face d’un robot clairement artificiel que devant un robot doté d’une peau, de vêtements et d’un visage pouvant passer pour humain. La théorie prévoit cependant qu’au delà d’un certain niveau de perfection dans l’imitation, les robots humanoïdes sont beaucoup mieux acceptés. C’est pour cela qu’est utilisé le terme de vallée : il s’agit d’une zone à franchir dans laquelle chaque progrès fait vers l’imitation humaine amènera plus de rejet avant de finalement amener une acceptation plus grande.

L’explication avancée de ce phénomène est la suivante : lorsqu’une entité est suffisamment non-humanoïde pour être immédiatement identifiée comme un robot, un être humain aura tendance à noter ses quelques aspects humains et à avoir une certaine empathie pour cette machine qui se comporte un peu comme un humain mais qui n’est pas plus assimilable que ne le serait un animal. Lorsque l’entité a une apparence presque totalement humaine au point de pouvoir provoquer la confusion, une sensation d’étrangeté est provoquée par chacun de ses aspects non-humains. Un robot se situant dans la « vallée de l’étrange» n’est plus jugé selon les critères d’un robot réussissant à se faire passer pour un humain mais est inconsciemment jugé comme un humain ne parvenant pas à agir d’une façon normale.

Une autre théorie avancée est que les anomalies de comportement présentées par les robots humanoïdes ressemblent à des anomalies présentes chez des personnes gravement malades ou sur les cadavres. Cette assimilation provoquant un rejet instinctif d’autant plus grand que, s’il existe des normes sociales pour se comporter devant une personne malade ou devant un cadavre, les réactions devant un robot ne sont codifiées par aucune règle sociale. »

Quelques exemples en photos ?

robot-humanoide robot_5 Repliee_Q2

Et voici le graphique définissant les limites de la zone de Vallée Dérangeante :

VD

Voilà. Il est donc clair que cet humanoïde nous terrifie car il se situe dans la fameuse zone de la Vallée Dérangeante : il est trop humain, sans l’être assez sur quelques points, pour notre plus grande incompréhension (et donc peur). Je rapprocherais également le phénomène de Vallée Dérangeante (Uncanny Valley en anglais) de l’Inquiétante Étrangeté de Freud (et d’ailleurs, dès que je l’ai pensé, Wiki me l’a confirmé, vu qu’en anglais, Uncanny désigne ce principe du grand Freud). L’inquiétante étrangeté, c’est quand il y a rupture de la rationalité dans notre quotidien, ce qui crée malaise et inquiétude, car c’est bien connu, ce qu’on connaît et que l’on peut contrôler ou deviner nous rassure. Bref.

Voilà pour la toute première et importante explication.

Passons aux détails maintenant. Tout comme indiqué dans la fameuse Vallée, la femme robot présente également des défauts de mouvements : ceux de ses énormes mains, qu’elle tourne mécaniquement, sont presque angoissant, car incompréhensibles et à la limite du ridicule.

Notons aussi les proportions complètement faussées : la pièce nous semble minuscule par rapport à la femme qui en occupe quasiment tout l’espace à elle seule. De plus, l’incongruité des positions du personnages chantant peut perturber : elle passe de debout à assise, et elle se retrouve même à paresser sur le plafond de la salle. Cela sort de la normalité, donc, je ne vous fais pas de dessin… Ça fait peur.

Nous avons la succession des plans, qui semble totalement aléatoire : pas de transitions, juste la femme changeant de position, puis même, à un moment, un plan à l’extérieur, fixant un buisson. Il ne se passe rien, et pourtant ce plan fixe peut nous faire croire à un possible sursaut à tout instant. Insupportable.

L’extérieur, parlons-en d’ailleurs. Derrière les fenêtres, le ciel paraît s’être couvert d’un noir d’encre. On n’y décèle rien, ni étoiles ni mouvements. Cela nous donne l’impression que, dans cet univers parallèle, seule la pièce de la cantatrice robotique existe. Autour, il n’y a rien. Sauf, d’un coup, ce buisson, inutile, silencieux, que l’on voit sans raison, et que l’on ne voit plus.

Enfin, le son. Même lui, qui nous est pourtant certifié réel (puisque provenant d’une vraie jeune fille) s’avère être inhumain et flou. La voix est saccadée, comme hypnotique. Les paroles, n’en parlons pas. Je vous les ai trouvées :

« I sing fantastic! Hey hey hey! You sing fantastic! Hey hey hey! You are fantastic! Hey hey hey! I sing fantastic. Hey hey hey! (shaply) You sing fantastic. Hey hey hey. run run run run

Please me. Please me. Please me. Please me. Please me. Please me. You are fantastic! Run run run run run run.

(Pause)

I sing fantastic! Hey hey hey! You sing fantastic! Hey hey hey! You are fantastic! Hey hey hey! I sing fantastic. Hey hey hey! »

Bref. Répétitif, presque enfantin, sans réel explication. Le « run run run run » (entre autre : « fuis fuis fuis fuis ») semble être vraiment conseillé, et on comprend pourquoi… Quant à la musique… suite de sons synthétiques sans cohérence aucune, sans mélodie…

Cette vidéo nous montre bien que ce qu’on ne connaît pas et ce qu’on ne semble pas pouvoir contrôler peut être le pire de nos cauchemars. Tout dans cette vidéo est flou, sans but, sans éclaircissement. Dans le fond, il n’y a rien de terrifiant… sauf le manque d’explication.

Dormez bien.

Publicités

Publié le 15 août 2013, dans Peurs diverses, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. La confusion crée ce malaise face à une réalité dérangeante. La peur survient de ces différences qui nous rappel que ce que l’on a en face de nous n’est pas humain même s’il tend à y ressembler. C’est un peu le sujet de discorde dans les films de science fiction avec le héros face à des androides ou l’incompréhension de la volonté d’être humain à être des cyborgues. Ce genre de malaise qui intervient dans une dissociation complète avec les repères de la réalité nous donne une impression de déséquilibre, de vertige. Nous avons l’impression de perdre pied.
    En tout cas je suis super fan du blog et surtout que j’aime bien les creepy pasta mais je suis plus intéressé par l’analyse qu’on peut lire. Encore une fois à une heure du matin je n’ai pas le courage de voir la vidéo. J’attendrais que le soleil soit levé… ou pas

  2. C’est sans doute un de tes articles que je préfères, malgré mon intérêt assez restreint (bien que curieux) pour les films d’horreurs et autres critiques horrifiques.
    Pourquoi? Parce qu’on y retrouve une caractéristique de plusieurs de tes autres articles, c’est à dire beaucoup de culture + et un certain travail de recherche!
    Bref, je plussoie!

  1. Pingback: L’inquiétante étrangeté, ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer être mal à l’aise. | Sleep No Longer

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :