Marquis

cinema1_org

Je ne savais pas trop comment le classer : serait-ce un film choquant (oui définitivement), mais l’ai-je tout du moins regardé comme j’aurais regardé n’importe quel film ? Je ne pense pas.

 

Marquis est sorti en 1988. Issu d’une réalisation franco-belge de Henri Xhonneux c’est une œuvre… à part.

En effet, les personnages sont des êtres humains… recouverts de masques d’animaux télécommandés. Oui, les acteurs avaient biiien chaud pendant les nombreuses heures de tournage passées sous ces masques lourds et fermés. Les voix ont d’abord été enregistrées, puis passées sur les lieux de tournages où les acteurs ne faisaient que bouger et les assistants techniques géraient les expressions des visages/masques.

 89077504_o

L’histoire ? Celle du marquis de Sade, en somme. Oui, dès ces quelques mots, vous comprenez le classement « choquant » du film ici présenté. Cette œuvre se centre sur l’emprisonnement du marquis à la Bastille et sur la naissance de la révolution. Je ne sais pas si le film est historiquement fiable. Cependant, il mêle sexe, poésie macabre (Sade quoi), histoire de France et magouilles de haut rang. C’est au départ l’histoire d’une jeune femme violée par le roi qui entre à la Bastille et qui, pour cacher l’origine de l’enfant qu’elle porte alors, est obligée de coucher avec Sade, un autre prisonnier. Ils vont tomber amoureux, bien sûr, etc, etc, etc.

 

Mais ce film n’est certainement pas une comédie romantique. Il est beau, glauque, intelligent, macabre, vulgaire, bref, un film à part.

 torture-Justine

Pourquoi des masques d’animaux ? On le devinera bien assez durant le visionnage : les masques représentent les bassesses de l’âme humaine selon Sade lui-même. Le geôlier est un rat, le directeur de prison un coq de haut rang, les femmes des vaches ou des sortes de gazelles, le marquis un chien… Je vous laisse faire vos propres interprétations mais elles ne sont pas très complexes. Un prisonnier accusé de pratiquer des ventes au noir est même représenté avec un masque de cochon. Bref, on a compris, quoi.

Cette utilisation des masques est une preuve, entre beaucoup d’autres, que ce film est un bijou d’originalité, de réflexion et d’apport intellectuel. Ces « marionnettes » humaines sont là pour mettre mal à l’aise, choquer, et faire passer des messages que Sade exprime dans ses textes.

 marqui 7

Le film utilise d’ailleurs beaucoup de passages d’œuvres du grand Sade pour rythmer sa trame, et vulgarise également sa façon de penser la mort, la vie, le sexe ou encore l’enfer intellectuel et politique de son époque (par exemple, l’excellente phrase « la mort, c’est un crime commis par la Nature pour t’emmerder »). En plus, ce film dispose de dialogues d’une qualité assez exceptionnelle.

 

Bon, qu’a-t-il de choquant alors ? Éh bien, l’esprit de Sade est torturé, sexuel. Par ailleurs, au bout de cinq minutes de film, on peut déjà s’apercevoir que le fameux marquis-chien parle à son compagnon de cellule… qui est son organe masculin. Oui oui oui, il y a une marionnette qui représente le pénis de Sade. Il lui parle et pour une raison métaphorique que vous saurez comprendre, l’écoute comme si il était un cerveau de substitution. Cependant, par exemple, avec la belle Justine qui s’intéresse à ses écrits il va… rabattre son pénis dans sa culotte, et presque le tuer, pour pouvoir faire la cour intellectuellement à la dame, malgré les protestations crues de son organe (« Enfile-moi ! »).

 

 500full

Les références à l’œuvre de Sade sont subtiles mais nombreuses. Outre les passages cités de certains de ses textes, les prénoms des jeunes femmes de l’histoire ne sont évidemment pas choisis au hasard : Juliette et (l’infortunée) Justine, de Justine ou les malheurs de la vertu et Histoire de Juliette ou les prospérités du vice. Ces deux personnages sont bien évidemment très représentatifs de ceux de Sade du même nom.

 

Pour le côté divertissement, je peux vous dire qu’on ne s’ennuie pas, que le film passe vite et bien, et qu’il apporte suffisamment d’originalité pour ne pas s’en plaindre ! Et vive la musique !

 

Ma note : 17/20. C’est culte. Et c’est sur Sade !

Publicités

Publié le 16 octobre 2013, dans Films choquants, et tagué , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :