The Path

the-path-31

Sorti en 2009 et développé par Tale of Tales, The Path est un jeu sur PC qui se contrôle par la souris et le clavier. Et il n’a pas été nommé à l’Independent Game Festival de 2008 (dans la catégorie « Innovation in Visual Art ») pour rien…

The Path n’est pas à proprement parlé un jeu d’horreur ou un jeu pour faire peur. Alors pourquoi lui réserver une place dans ce blog ?

the-path-pc-015

Tout d’abord, qu’est-ce que The Path ? C’est l’histoire de six sœurs qui doivent, l’une après l’autre, rejoindre la maison de leur Mère Grand en traversant une forêt. Ça vous rappelle quelque chose ? Et vous avez raison : le jeu est basé sur le conte du Petit Chaperon Rouge.

Au tout début du jeu vous êtes dans une salle rouge écarlate, avec les six jeunes filles qui attendent patiemment que vous fassiez votre choix de personnage. Vous pouvez prendre Robin (neuf ans), Rose (onze ans), Ginger (treize ans), Ruby (quinze ans), Carmen (dix-sept ans) ou encore Scarlet (dix-neuf ans). Chacune possède une histoire et une personnalité très particulières que l’on découvrira tout au long de notre aventure mais qui se voit également à leur manière de s’habiller et surtout, à leur manière de marcher et de courir dans le jeu.

Vous êtes ensuite placé sur un chemin de terre entouré des deux côtés par une forêt sombre. Un texte apparaît à l’écran et vous ordonne de rester sur le chemin et de le suivre jusqu’au bout, sans le quitter. Ce que, du coup, vous ferez. Vous arriverez dans la maison de Mère Grand, et vous aurez… perdu la partie. Game Over.

 The-Path_379_5r

Et c’est là tout l’intérêt psychologique de The Path : on est une jeune fille seule dans les bois et on veut, pour une fois, braver l’interdit et vivre vraiment sa vie en prenant les risques qu’elle mérite. Le jeu VEUT qu’on lui désobéisse ! Quelle agréable surprise.

L’objectif sera alors de se balader dans la forêt (pas vraiment accueillante et sans aucun point de repère) en collectant des objets et des fleurs, mais surtout de rencontrer son loup, qui est évidemment ici une métaphore du danger, et plus précisément de l’homme, le mâle.

Voici un petit trailer sympathique, pour que vous voyiez un peu à quoi tout cela ressemble :

Rien que cette « bande-annonce » présente une prouesse graphique. L’esthétique de ce jeu est originale et surtout plombante. À partir du moment où l’on commence à s’enfoncer dans les bois le jeu devient sombre, oppressant, et l’atmosphère nous met sur nos gardes. Et croyez-moi, j’y ai joué pour la toute première fois à minuit… pas plus de cinq minutes.

Ce jeu présente donc une richesse scénaristique et une originalité visuelle à vous coupez le souffle, pour peu que vous y soyez sensible. Tout peut y être analysé, en particulier la fin de la séquence de chaque sœur, où l’on se retrouve chez la fameuse Mère Grand dans un espèce de cauchemar à portée psychologique, d’une intelligence incroyable. Mais je vous laisse le découvrir.

Alors oui, graphiquement parlant, il y a mieux et plus réaliste, mais la poésie dégagée dans ce jeu nous le fait oublier très vite. Le jeu est assez court et peut être fini en une heure à peine. Et on peut se lasser, parce que c’est un faible point n’click, et qu’on ne fait que courir dans une forêt en espérant rencontrer celui qui sera la cause de notre perte et de nos mauvais souvenirs passés.

 montage

MAIS, encore une dernière chose, et pas des moindres, que j’ai réservée jusqu’au bout de l’article et qui est le point culminant des qualités de ce jeu extraordinaire : la musique.

L’OST de The Path, c’est un bijou, quelque chose qui vous prend aux tripes et qui évoque une tension et un sentiment de malaise et de terreur incroyables. En plus de se targuer d’avoir des bruitages plus ou moins glauques, le jeu nous assène une mélodie digne des plus grands films d’horreur ! Vous comprenez maintenant pourquoi je n’ai pas pu y jouer très longtemps dès la première fois, ne m’attendant pas du tout à ça. Non, vous ne comprenez toujours pas ? Eh bien, écoutez…

Ma note : 17/20. Rien que pour la musique, et le principe suivant : si tu suis les instructions et que tu restes sage et ne que tu risques rien, tu perds, mais si tu t’aventures un peu et côtoie le danger, alors c’est une réussite (de la vie ?).

Publicités

Publié le 31 octobre 2013, dans Jeux vidéos, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :