One Missed Call

onemissedcall

One Missed Call est sorti en 2008 et a été réalisé par le français Éric Vallette (qui a également fait Maléfique). C’est un film americano-germano-japonais, et c’est évidemment… un remake du film La Mort en ligne de Takashi Miike (Audition ; Visitor Q). C’est donc encore une fois une reprise d’une œuvre japonaise d’horreur. Oui, encore.

Alors, que se passe-t-il exactement ? Comme le titre l’indique (« Un appel manqué »), le film tourne autour de coups de téléphone hantés. Jusque-là, ce n’est pas super original. Mais c’est la structure de la « malédiction » qui est surprenante. Je vous explique : quelqu’un meurt après avoir reçu un coup de téléphone. Une fois cette personne décédée, son téléphone va appeler de lui-même un numéro contenu dans son répertoire. La personne alors appelée va recevoir un « appel manqué » qui lui laissera un message vocal. Ce dernier contient la date prochaine de sa mort, ainsi que les derniers mots qu’elle prononcera. Le temps passé entre l’annonce de la mort et la mort elle-même, l’individu visé aura des hallucinations morbides (des vers grouillant sur le visage des gens, des masques glauques à chaque coin de rue…). Bref, c’est assez sympa comme logique, c’est nouveau, ça surprend.

Un groupe d’individus va donc très vite comprendre ce système et essayer de le combattre, comme dans tout bon film d’horreur cliché (dans The Ring, par exemple, l’héroïne connaît l’histoire de la cassette et va tenter de déjouer la mort).

onrb

Alors je vous arrête tout de suite : ce film a peu de points positifs. Je vais cependant commencer par parler d’eux, et finir sur une note plus sombre pour One Missed Call.

Tout d’abord, l’idée donc, est originale. Le message vocal reçu par la future victime est toujours glaçant et on est angoissé de savoir qui va mourir et quand. Cependant, il n’y a pas assez de marques temporelles (comme des horloges, un décompte) et nous ne savons pas trop si le moment fatidique s’approche ou non.

Le second point positif tient à l’esthétique des « cauchemars » vivants que croisent les personnes appelées. En effet, les « masques » que portent les gens qu’ils rencontrent dans la rue ou dans le bus sont terrifiants (voir la photo ci-dessus) et cela apporte un aspect fantomatique, glauque et… silencieux au film, et ça marche bien.

Sinon, ce film est vide. On ne comprend pas vraiment les raisons de ces fameux appels manqués. On ne comprend pas vraiment l’origine du problème. On reste avec nos questions en suspend. De plus, l’œuvre dans son ensemble est très clichée : « je t’appelle, je t’annonce ta mort, tu meurs. Je suis un esprit vengeur diabolique qui rentre dans un objet que tu utilises ». La présence de l’homme qui vient aider la femme à se sauver de son sort, la police qui ne les croit pas, etc… Bref, nous ne sommes surpris que par l’idée de départ, sinon le film part un peu n’importe où n’importe comment. Et c’est dommage.

One-Missed-Call-2008-82-1024x575

Ma note : 11. Je n’ai rien de plus à dire.

Publicités

Publié le 5 novembre 2013, dans Films horrifiques, et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :