Megan is Missing

affiche-Megan-Is-Missing-2011-2

C’est avec difficulté que j’entame la critique de ce film. Je viens de le voir, et on m’avait prévenue : il est dur, très dur.

Sorti en 2011, Megan is Missing n’a que des acteurs inconnus du grand public et a été réalisé par Michael Goi… qui n’a que ce titre dans sa filmographie. On part donc en terrain totalement inconnu pour ce film classé comme Drame mais surtout comme Épouvante / Horreur.

Pourtant, je ne veux absolument pas le mettre dans la section des films horrifiques. Pourquoi ?

Megan is Missing vous attaque psychologiquement. C’est un film réaliste, choquant, mordant de vérité. Il n’a rien qui tient de l’épouvante, si ce n’est ce qui arrive à ces jeunes filles.

C’est en effet l’histoire de deux meilleures amies, Megan et Amy, qui sont très différentes mais s’aiment énormément. La première se drogue, fume et couche à tout va : c’est une fêtarde. Amy par contre est sage, vierge, et n’est pas vraiment la plus « cool » du collège. Elles ont 14 ans et respirent le bonheur et l’insouciance, chacune à leur façon.

Sauf que voilà, Megan rencontre sur une chatroom un jeune homme nommé Josh qui lui fait des avances et lui propose de venir le rencontrer. Et à partir de là, vous devinez ce qu’il se passe.

 936full-megan-is-missing-poster

Ce film est composé de deux parties qui se détachent vraiment de façon explicite l’une de l’autre : la première partie fait environ 45/50 minutes (le film dure 1 heure 25), et la deuxième une grosse demi-heure donc. Au départ, on suit les jeunes filles en vidéo, on apprend à s’attacher à ce drôle de duo. Elles se parlent de tout, c’est un peu long – la vie banale de deux adolescentes en somme. L’élément déclencheur n’est pas selon moi l’arrivée du fameux Josh, mais bien le moment à partir duquel Megan a disparu. À partir de là, tout s’embrouille pour nous entre réalité et fiction : on a déjà été averti que le film était tiré de faits réels, mais on ne sait pas vraiment lesquels. De plus, l’œuvre nous abreuve d’extraits d’émissions de télé, de témoignages qui sont annoncés comme des originaux. Megan aurait-elle RÉELLEMENT disparu ? Est-ce vraiment les images de deux jeunes filles auxquelles il est arrivé malheur en 2003 ?

Alors non, je vous « rassure » (même si ce n’est absolument pas le but de ce film justement) ce n’est pas une histoire vraie. La seule chose vraie dont s’inspire le film c’est la dangerosité d’Internet pour les jeunes. Sinon tout est faux, mais prétendu vrai.

15

Il n’empêche que cette histoire, présentée d’une telle façon, nous met encore plus mal que si elle avait été annoncée comme entière fiction. Le film est enregistré sur une caméra portable, il n’y a pas de qualité d’image pour se rapprocher de la réalité le plus possible. Les actrices jouent malheureusement très bien. Seul bémol peut-être dans cette recherche folle du réalisme : l’âge des jeunes filles. En 2003, des fillettes de 14 ans qui couchent, boivent, se droguent… ce n’était pas si courant, il me semble. Mais bon.

La partie qui suit l’enlèvement de Megan devient très vite glauque, sombre, prenante. Notre cœur s’emballe et on a peur autant qu’Amy. On sent que tout part en vrille. On s’imagine à leur place, et ça nous coupe le souffle. Cette deuxième partie commence avec deux photos ignobles (je ne les mettrai pas ici, par exemple), et ne lâche plus par la suite le genre torture porn. Les trente dernières minutes sont soi-disant « les dernières images originales de la caméra d’Amy ». Je ne décrirai rien, mais c’est horrible à voir. Insupportable. Et la dernière scène est selon moi la meilleure, très bien tournée, le plan et l’idée sont géniaux. Le monologue de fin d’Amy nous semble familier, car après tout, n’aurait-on pas tenté de dire la même chose ?

Le film respecte son but, et c’est pas peu de le dire : il nous alerte. Internet c’est mal, Internet c’est dangereux. Méfions-nous. Le danger est partout sur Terre, les fous ne sont pas aussi rares qu’on le croit. Les détraqués sexuels ont des facilités à frapper sur Internet. Et ça n’arrive pas qu’aux autres… L’œuvre est dure mais efficace !

 968full-megan-is-missing-poster

Ma note : 14/20. But atteint, pas de qualité d’image cependant. Idée et trame pas très originales. Mais film très réaliste. Alors voilà.

Publicités

Publié le 20 novembre 2013, dans Films choquants, et tagué , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 7 Commentaires.

  1. Sorry avec toute la bonne volonté du monde je n’en peux plus de ces films à la caméra, au téléphone. Ces reprises de Blair Witch pour donner un semblant de réaliste me donne envie justement de faire autre chose que les visionner. Je les prends comme des films qui ne veulent pas m’offrir un univers à découvrir mais pénétrer de façon violente mon quotidien pour me rappeler à quel point la vie peut être violente. J’ai pas besoin de voir des films il me suffit d’allumer la télé (faudrait juste que je la câble pour ça et j’ai pas envie de me polluer l’esprit avec) pour voir la violence au quotidien. Ce que je recherche dans un film d’horreur c’est le voyage (flippant) que veut me faire faire le réalisateur, le scénariste, le film. Je veux voir leur vision de ce monde qu’il crée. Marre de ces films à la caméra embarqué.

    • Sauf que Megan is Missing n’est pas qu’un film d’horreur, mais un film à « message », et que le filmer de cette façon était, selon moi, la seule solution pour le faire passer. Toi, peut-être que tu connais l’atrocité de la réalité, mais je t’assure que beaucoup d’autres sont dans un déni total la plupart du temps.

  2. j’ai découvert megan is missing récemment et me suis empressée de le regarder, tout en ayant été entièrement spoilée, et sincèrement je pense que je n’aurais pas supporter l’atrocité du film sans tous ces spoilers…
    j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de lourdeurs dans la “1ère” partie; mais certes ça nous permet de mieux cerner la relation des deux protagonistes, je pense cependant que 13/14ans est un âge on ne peut plus déraisonnable (et finalement peu réaliste??) pour ce genre de pratiques….surtout que les actrices étaient même à l’époque évidemment plus vielle, ce qui n’est pas sans rappeler Thirteen…
    étant déjà au courant des scènes qui allaient suivre je reconnais que j’ai quand même eu du mal à ne pas avoir de haut le coeur quand le #attentioNSPOILER
    couvercle se lève, et que amy se retrouve dans le tonneau avec megan en état de décomposition avancé….la scène viol a été dure à supporter aussi (même si moins choquantes qu’irréversible, son réalisme était frappant…)
    je ne sais pas si après le visionnage de ce film je serais encore capable de faire des rencontres sur internet!!
    et cette fin…..
    me laisse sans mots…

  3. Ce film est-il disponible en français ou sous-titré en français ? Ou n’est-il sorti qu’aux USA ?

  4. Bonjour, Je découvre ce blog avec plaisir et me permets d’apporter ma pierre en faisant part du film le plus choquant que je connaisse : Irréversible. En fait, je le trouve choquant mais surtout totalement inutile. J’ai eu beaucoup de mal à supporter la scène de viol de Monica B dans le tunnel sous les maréchaux. Je suis pourtant adepte de ce genre de films, mais là non, décidément le couple Bellucci-Cassel est allé trop loin … Toutefois, j’ai hâte de voir le film présenté ci-dessus.

    • Oui, je connais Irréversible, et pour moi il est en effet assez inutile, surtout à mettre dans ce blog. Il est clair que la scène de viol est l’élément central du film, et ça nous en fait trop oublier le reste.

      Megan is Missing est bien mieux, effectivement !

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :