American Horror Story

VOILA

Oui, je vais enfin parler de la célébrissime, de la récemment cultissime série d’horreur qui s’étend mondialement : American Horror Story. La saison un a lancé son pilote en 2011, et depuis, sa renommée ne fait qu’augmenter au fil des années.

Il est souvent difficile de trouver une série ayant pour thème l’épouvante et l’horreur, et c’est avec joie que j’ai accueilli American Horror Story dans ma sélection télévisuelle. Il y a pour le moment trois saisons, mais il semblerait qu’une quatrième soit déjà signée. Dans chaque saison se suivent 12 ou 13 épisodes de 42 minutes. Vous pourrez y retrouver entre autres Jessica Lange (oui, l’actrice du King Kong de 1976, celle de Frances, de Tootsie, de Big Fish), Frances Conroy (Six Feet Under), Zachary Quinto (Spock dans Star Strek), James Cromwell (La ligne verte, The Artist), Gabourey Sidibe (la fameuse Precious) ou encore Emma Roberts (Valentine’s day, Scream 4)… En tout cas, la série choisit très bien ses acteurs et ne prend pas les moins bons, loin de là.

Quant au réalisateur il s’appelle Ryan Murphy et ça vous dit peut-être déjà quelque chose… Si, si, vous vous souvenez bien : Ryan Murphy est le réalisateur de Nip Tuck, du film Mange Prie Aime mais aussi… de Glee. Oui, vous pouvez vous servir un verre pour encaisser le choc. Murphy est donc très polymorphe et s’adapte à des registres qui diffèrent tous de façon tellement extrême que ça en est presque incroyable.

AMERICAN HORROR STORY: Airing on FX

Pour commencer, parlons du commencement : le générique d’introduction des épisodes. Il a été imaginé par Kyle Cooper (c’est lui, entre autre, qui a créé la séquence d’ouverture du film Se7en).

Les génériques des saisons d’American Horror Story sont de petites œuvres d’art à part entière. Successions d’images rapides et glauques reliées à l’histoire de la saison, ils choquent, intriguent, dérangent, et tout ça en même temps si l’on est suffisamment réceptif. La musique est d’ailleurs l’une des plus gênantes et horrifiques qu’il m’ait été donné d’entendre dans un générique (si l’on met de côté la géniale et stressante suite de notes du générique de la Twilight Zone – La Quatrième Dimension). Voici, dans l’ordre des saisons, les trois génériques – qui ont la même bande-son mais dont les images diffèrent :



Le plus dérangeant pour moi est pour le moment celui de la troisième saison, dont le nom est « Coven ». On peut d’ailleurs remarquer, pour rester dans le survol de la série, que l’on a donné des noms de lieux aux saisons : la première, « Open House », est à comprendre comme « Maison Hantée », la deuxième a pour nom « Asile » (même si, à la base, elle devait se passer dans une prison, idée délaissée au profit de l’institution psychiatrique), et la dernière « Le Couvent/Clan ».

american-horror-story-teaser

La thématique de chaque saison est donc à chaque fois renouvelée et l’histoire suit forcément. En effet, la particularité de la série American Horror Story réside dans son changement de trame chaque année. Si la première saison concernait une maison hantée et des fantômes, la deuxième s’est penchée sur les possessions et les attaques extraterrestres. Quant à la dernière, elle aborde avec audace les histoires de sorcières. Cette série recouvre donc l’entièreté des thèmes horrifiques possibles, et elle n’a pas fini d’en faire le tour.

Mais, particularité sur particularité, American Horror Story a beau changer d’histoire entre ses saisons, elle ne change pas pour autant ses acteurs. Le lien à travers les saisons se fait par les mêmes visages et personnages qui reviennent chaque année pour de nouvelles et différentes aventures. Effectivement, si Jessica Lange joue la voisine Constance dans la première saison, elle n’en devient pas moins la Mère Supérieure Sœur Jude dans la deuxième, ou encore la Sorcière Suprême Fiona Goode dans la troisième. Cependant, les acteurs ont beau incarner des rôles différents, ils ne restent pas moins enfermés dans une même psychologie. L’intelligence de la série repose ainsi sur le principe de laréincarnation. C’est quelque chose qui n’est pas forcément énoncé par le réalisateur mais que j’ai pu remarquer : on peut avoir l’impression, entre les saisons, de revoir le même personnage sous un autre nom et une autre fonction. La fameuse Jessica Lange garde les rôles de mégère acariâtre, autoritaire mais à qui on arrive toujours étrangement à s’attacher. Sarah Paulson, elle, aura eu droit à deux rôles quasiment identiques d’un personnage doucereux et victime qui devient par la suite un personnage psychologiquement beaucoup plus fort.

american-horror-story-saison-1-photo-3

Voici le résumé des saisons :

  • La famille Harmon, composée d’un psychiatre pervers qui a trompé sa femme, de sa femme meurtrie qui a fait une fausse couche et de leur fille satanique, s’installe dans un manoir… hanté bien sûr ! Les esprits rôdent et sont bien décidés à les torturer, afin de les confronter à leurs plus grandes peurs…
  • En 1964, Sœur Jude dirige d’une main de fer la clinique psychiatrique de Briarcliff aux alentours de Boston jusqu’à ce que les patients, qui font l’objet d’expérimentations secrètes et particulièrement cruelles, se rebellent contre l’autorité en place. L’arrivée d’un nouvel élément perturbateur, surnommé « Bloody Face » et dont on dit qu’il a décapité et dépecé trois femmes, et notamment sa petite amie, entraîne une escalade de violence…
  • Trois cents ans après la fameuse chasse aux sorcières de Salem, une poignée de survivantes doit faire face à l’extermination tout en protégeant son secret. À la Nouvelle-Orléans, une école spécialisée accueille les plus jeunes sorcières dont fait partie Zoé, une jeune fille qui cache un lourd secret. Fiona, qui s’est longtemps absentée de la ville, réapparaît pour protéger leur existence.

american_horror_story_coven_cast_a_l

Maintenant, en terme de critique, je peux dire pour parler de la série dans son ensemble qu’une ambiance de qualité et dérangeante est toujours au rendez-vous depuis 2011. De plus, les différences entre les saisons font que la joie de la découverte se renouvelle chaque année pour le spectateur. Les personnages sont tous très intéressants, les plans et l’esthétique des épisodes sont magnifiques, les histoires originales (il est très dur de trouver quoi que ce soit de cliché dans la série). Dans la saison un, le point fort a été son cliffhanger (révélation de dernière minute), tandis que la saison deux a vu l’ambiance de la série s’envoler vers le très glauque et le très horrifique, même si l’histoire des extraterrestres est selon moi superflue et irréaliste. La troisième saison se lâche, avec pour thèmes notamment des histoires raciales (c’est en quelque sorte l’histoire des « sorcières blanches » contre « les pratiquantes noires du Vaudou ») et certains passages de masturbation et de sacrifices des plus répugnants. Mais sa trame est pour l’instant la meilleure des trois saisons à mon humble avis : plus riche, plus prenante, je n’ai jamais autant attendu chaque jeudi de chaque semaine !

Alors bien sûr, il y a des défauts. Le problème avec le changement d’histoire annuel, c’est qu’on perd les personnages auxquels on s’était attachés. Les saisons sont également souvent remplies de plusieurs trames et sous-trames différentes, qui font un peu fouilli par moment car il nous arrive de nous perdre dans ce labyrinthe d’histoires – résolues ou non. Le plus important défaut reste le caractère horrifique de la série, qui désigne ce qui n’est pas apporté ici par Ryan Murphy : la peur. American Horror Story ne fait pas du tout peur. Par moment il y a du suspens, du dégoût, quelques petits frissons, mais notre estomac ne se tord jamais. Dommage !

american-horror-story-coven-premiere-FX

Ma note : pour la première saison, je dirais 15/20, pour la deuxième, c’est un beau 17/20. La troisième mériterait un 18 dans sa première moitié, mais seulement 12 pour la seconde – la faute à une accumulation de trames mal gérées et d’incohérences. Cela reste dans l’ensemble une superbe série, bien travaillée, et elle reste à conseiller aux fans du genre.

Publicités

Publié le 10 décembre 2013, dans Séries cauchemardesques, et tagué , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 12 Commentaires.

  1. J’ai bien aimé les deux premières saisons que j’ai suivi assidûment mais la troisième vraiment, la troisième j’ai du me forcer jusqu’à ne plus tenir. La série à pris une trame complètement décrédibilisation avec les histoires de sorcières adolescente pré pubères et ça m’a dérangé de voir Bervelly Hills et autres séries de gamines en manque de frisson remplacé ce que je trouvais dans les deux premières saisons. Par contre je te rejoins sur les intro/générique qui sont excellents et arrive à créer ce sentiment de disturbance (dans le sens de trouble dérangeant) qui accompagne le visionnage de la série.
    J’ai toujours à l’esprit le générique « au-delà dur réel l’aventure continue » qui ne me laissait pas neutre, tranquille après même si l’épisode était nul.

  2. J’ai découvert cette série grâce à ton article. Ta présentation m’a bien donné envie de mater ça. Et j’ai bien accroché. Et joli boulot pour le reste du site.

    • Tiens tiens tiens… le fameux Fugushiman 😉
      Merci beaucoup pour ton commentaire ! Ca fait toujours plaisir de savoir que le site plaît et que mon travail n’est pas vain 🙂

  3. Je ne comprend pas trop ta vision des choses..
    Cette série est pour moi particulièrement géniale, tant dans son concept que dans sa magnifique mise en scène et je suis tombé amoureux de la première saison, mais, bien que j’ai pu apprécié la seconde malgré les quelques incohérences dues à la trame sur les aliens, la troisième saison me semble tellement molle, vide et sans intérêt, bourré de clichés et clairement plus dans le schéma des séries qui sont faites pour un public ciblé.
    En faite j’ai l’impression que le fait que la majorité du public de cette série aux Etats Unis soient des adolescentes (qui sont souvent fans de misfits, twilight, ankwark et autres erzatz) a orienté la série dans une direction beaucoup moins intéressante et originale (à mon sens) que les saisons précédentes, aucune menace qui plane, aucune personnage réellement attachant, une mise en scène assez pauvre dans l’ensemble mais surtout des scènes bien trop lentes.
    J’aimerais que tu m’explique pourquoi tu aime la troisième saison si ça ne te dérange pas (:

    • Ah ! Je suis d’accord sur le fait que sa popularité grandissante a changé quelques trucs. Cependant, je trouve que l’esthétique est superbe (j’ai vraiment vraiment eu un coup de coeur pour l’intro) et ils osent vraiment plus dans cette saison. Ils ont réuni je trouve de très bons acteurs et comparé à toi j’aime beaucoup les personnages de cette saison. Et puis c’est peut être pas très objectif, mais les histoires de sorcellerie je les préfère aux histoires de fantômes ou de possession. Et puis, l’idée d’un couvent de sorcière non diabolique est pour moi innovante !

    • Et aussi, je ressens beaucoup de menace dans cette saison, la preuve en est qu’à chaque épisode je hais devoir attendre le prochain !

  4. La seule critique (subjective) que je pourrais faire à cette série est qu’on a vraiment l’impression parfois (surtout dans les saisons 1 & 2) que tout n’est qu’un patchwork d’histoires qui n’ont parfois aucun lien les unes aux autres. Cela est surtout visible dans la saison 2, avec les aliens comme tu l’as bien fais remarquer, mais déjà dans le 1, avec entre autre l’histoire de la « boite du pape » qui n’a franchement pas beaucoup d’intérêt, si ce n’est de mettre une ambiance glauque.

    Et sinon, pour la saison 2, j’avais entendu parler d’une théorie selon laquelle toutes les visions, tous les démons, et même jusqu’aux aliens n’étaient en fait que l’expression des délires des résidents de l’asile… Théorie critiquable certes, mais intéressante

    Sinon, très bon article comme toujours, pour une série qui commence à avoir la renommée qu’elle mérite!

    Keep going 🙂

    • Oui, je suis de ton avis ! Pour preuve, je ne me rappelais même plus de cette « boîte du pape »… pour dire à quel point y’a quelque petit truc inutile. Pour ta théorie, j’en sais rien, je trouvais suffisamment le coup des extraterrestres mal fait et mal posé pour ne pas chercher à comprendre quoi que ce soit !

  5. Alors j’ai adoré la 1 ère saison et après j’ai trouvé ça trop glauque….

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :