Paranormal Activity : The Marked Ones

بالصور_أجمل_أفلام_رعب_f

Alors voilà. Je l’ai vu, le dernier Paranormal Activity, deuxième spin-off de la grande licence d’horreur (après Paranormal Activity : Tokyo Night). Sorti en ce début d’année 2014, réalisé par Christopher Landon (qui avait déjà écrit les scénarios des volets deux, trois et quatre), ce dernier tome annonce une couleur un peu différente des précédentes. Tout comme Tokyo Night, il va plus particulièrement se pencher sur un groupe social : les hispaniques. Attention cependant : il reste un spin-off vraiment connecté aux précédents films. Alors, qu’en ai-je pensé ?

L’histoire, on en connaît les bases, me direz-vous. Une ambiance prenante (ou pas pour certains), un vide total d’actions réellement effrayantes, un huis clos suivant en général un couple et sa famille dans une belle maison des États-Unis… Éh bien non. Non non. Avec The Marked Ones, Christopher Landon a voulu briser les règles de la licence. Si Paranormal Activity est d’abord connu pour son manque d’action, ici vous n’en manquerez pas. Oui, vous avez bien lu : il y a pas mal d’action dans ce nouvel opus, et même du gore. On ne reste également pas dans un huis clos, mais on sort, beaucoup, de la résidence HLM dans laquelle vivent les trois jeunes gens que l’on suit (et leur grand-mère, ne pas oublier la grand mère). Ces jeunes habitent au-dessus de l’appartement d’une femme appelée dans le quartier « La Bruja » (la sorcière). Parfois, à travers le conduit d’aération reliant leur appartement au sien, ils entendent et voient certaines choses qui leur paraissent tenir d’un rituel de Magie Noire. Ils vont alors, comme tout héros de film d’horreur, mener une petite enquête sur leur voisine.

maxresdefault

Avec ce nouveau film on perd les moments que j’adorais : ceux où tout le monde dort et où seule la caméra reste éveillée pour témoigner des horribles événements nocturnes. Ici rien de tout cela, encore une fois : on suit l’enquête de Hector, Jesse et Marisol, que ce soit dans l’immeuble, au supermarché, ou encore sur le terrain de basket. Par contre, comme tout Paranormal Activity qui se respecte, l’élément déclencheur du scénario tient au début de possession de l’un des caractères principaux. Mais pas de caméra de surveillance, pas de caméra posée tout court d’ailleurs. Tout est dans la main des protagonistes, à chaque moment du film.

Contrairement aux autres œuvres écrites par Christopher Landon, ici, pas d’ambiance qui nous tord le cœur. C’est le seul regret que je pourrais vraiment exprimer. Pas de moment de pesanteur, pas de moment de vide où l’on craint quelque chose (et durant lequel ce quelque chose ne vient justement pas). La peur ici est provoquée plutôt de façon soudaine et bruyante, et donc beaucoup moins psychologique. En effet, ce film est un nid à screamers (apparition à l’écran d’une image brusque parfois accompagnée d’un son violent et fort qui vous surprend). Toutes les cinq minutes, quelque chose saute à la caméra et vous sursautez. C’est bien fait, soit, mais peut-être moins approfondi qu’une peur comme celle de Paranormal Activity 3 (par exemple), ou la caméra tourne sur elle-même dans un salon durant la nuit, et nous laisse une fois sur deux voir sur le côté gauche une silhouette inconnue qui nous surprend, certes, mais nous effraie surtout.

paranormal-activity-the-marked-ones-de-christopher-landon-11023378mdetm

Enfin, dernier bon point, et qui selon moi n’est pas des moindres, puisqu’il est totalement inattendu dans The Marked Ones : la relation faite avec les autres œuvres de la licence américaine. Ci-dessus, vous avez très certainement déjà reconnu la sorcière, que l’on peut voir dans Paranormal Activity 3. Les protagonistes finissent aussi par se retrouver dans la maison des sorcières, exactement la même (on reconnaît le couloir, le jardin, et on a alors un petit sourire). Et certains personnages des autres volumes sont aussi de la partie : Ali est là, par exemple. Et durant une séquence se déroulant dans la cave, on peut apercevoir deux petites filles aux yeux noirs, fantomatiques. On se dit alors « Oh, la référence à Shining… quel cliché… c’est de trop. ». Et puis ce n’est que quelques jours plus tard qu’on se rend compte que c’étaient les petites filles du troisième volet… Katie et sa sœur Kristie ! La fin de The Marked Ones est d’ailleurs excellente puisqu’elle… se relie intelligemment avec la fin de Paranormal Activity 1. Non non, je ne plaisante pas.

paranormal-activity-the-marked-ones_5092880

Ma note : 15/20. C’est un bon film, même sans les procédés d’horreur que je préfère. Pour les fans, ne vous inquiétez pas : The Marked Ones a tellement bien marché que Paranormal Activity 5 est en cours.

Publicités

Publié le 14 janvier 2014, dans Films horrifiques, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. J’allais commencer par cracher allègrement sur la licence de façon facile et gratuite et puis je me suis rappelé que il y a des amateurs de jumps scare. Le genre de chose qui me pousse à hurler parce que le film se fout de ma gueule elle est où l’horreur ou concentré un bruit strident ou une apparition fugace sort. Non j’ai peur de me retourner dans la salle ou mon salon quand je regarde un film et me demande si c’est mon imagination ou si ça bouge à côté de moi. Si jamais je me retourne est ce que je retrouverais ce sentiment de sécurité ?
    C’est vraiment le genre de choses qui me manque aujourd’hui dans le film d’horreur et je suis d’avis qu’il faudrait créer un nouveau genre pour arrêter de tromper les spectateurs. J’ai surtout, encore, coincé en travers de la gorge le marketing pourri des précédents opus avec les salles de cinéma filmé pendant la diffusion du film en me demandant où se trouve ce public qui crie, qui hurle dans le cinéma qui a peur pour leur demander quel était le film que l’on leur avait projeté

    • Sauf que je n’aime pas Paranormal Activity pour ses jump scares, mais bien pour son idée de départ. Et oui, ce qui m’énerve énormément, ce sont les gens qui, en entendant « Paranormal Activity », se refuse de réfléchir et d’accorder le bénéfice du doute à la série (sans même avoir tout regarder, parce qu’il y a certains films qui présentent des techniques de caméras GENIALES). Ralala. De plus, PAranormal Activity, de base, présente très peu de jump scare justement ; il ne s’y passe rien, si ce n’est qu’on instaure une ambiance inquiétante, basée sur de simples « présences ». Et chez moi, ça marche. Chacun son truc.

  2. il y a tellement peu de gens qui apprécient cette franchise…
    personnellement j’ai trouvé « the marked ones » rafraîchissant, j’ai été le voir au cinéma, comme tous les autres avant celui-ci! il est différent en bien, mais je trouve que l’esprit reste authentique puisque on a une continuité dans l’histoire…

    et on a hâte d’avoir enfin les réponses à ces énigmes!!

  3. Tu m’as enlevé les mots de la bouche à certains moments !

  1. Pingback: Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension | Sleep No Longer

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :