Among The Sleep

among-the-asleep-featuredimg

Sorti très récemment en ce 29 mai 2014, Among The Sleep vous dit sûrement quelque chose. D’abord parce qu’il y a des mois de ça, il avait sorti un démo alléchante du jeu, qui a été jouée par un grand nombre de youtubers connus (notamment Pewdiepie ou encore CinnamonToastKen, pour ne citer qu’eux). Après des mois et semaines de dates de sortie repoussées, le voici donc enfin, attendus par tous comme le jeu d’horreur le plus original de cette année.

En effet, Among The Sleep avait de quoi être original : une photographie proche de la réalité et soignée, un univers intéressant et nouveau, mais surtout… vous jouez dans la peau d’un bébé.

C’est donc ça qui a fait vendre durant ces mois d’attente le jeu des studios Krillbite. La démo nous montrait les aventures d’un bébé le soir, qui sort de son berceau et parcours sa maison en crapahutant à travers les pièces bien trop grandes pour lui (évidemment). Among the Sleep nous promettait une expérience « enfantine » : nous allions vivre l’horreur en regardant une simple maison avec des yeux de bambins effrayé par le moindre éclair ou le moindre bruit un peu trop fort pour ses petites oreilles. Dit comme ça, c’est tentant, non ? Alors qu’en est-il vraiment de ce périple accompagné d’un nounours qui parle ? J’y ai joué, et je vous donne mon verdict.

ats_screen02

Le jeu commence par une scène dans la cuisine avec notre chère maman qui nous prépare un gâteau pour nos deux ans. Une introduction donc, où l’atmosphère est déjà bien pesante, la mère allant ouvrir la porte et en revenant sans le sourire qu’elle arborait quelques secondes avant. On nous monte dans notre chambre avec notre cadeau d’anniversaire (on peut déjà s’apercevoir qu’il s’agit d’un ours… qui bouge tout seul) et mamounette nous abandonne seul face à nos jouets.

A partir de ce moment là (après un petit générique titre de présentation assez efficace, dont les lettres se font happer par les ténèbres qui nous poursuivent), on peut déjà se rendre compte d’une chose : on peut entrer en interaction -à la souris- avec des tonnes et des tonnes d’objets. On peut activer notre train électrique, lancer nos cubes, déplacer des tabourets… Mais mis à part pour ces derniers, cette large palette d’interactions a eu le don de m’avoir laissé sur ma faim. En effet, même si le râteau que vous apercevez dans le bac à sable peut être saisi et transporté, il ne servira, comme 90% des objets du jeu…. à rien. Strictement rien.

Vient ensuite la véritable intrigue. La partie que vous pouvez expérimenter en démo. Celle qui se passe le soir, après que vous ayez surpris votre ours se faire « kidnapper » par un être invisible et que vous vous soyez enfui de votre lit à barreau. Cette partie du jeu est très bonne, alliant ambiance sonore angoissante, orage bruyant et sombre maison vide dont les craquements du parquet et les ombres des rideaux vous glacent. C’est, hélas, la seule très bonne partie.

amongthesleep_5

Vous allez par la suite vous dandiner vers une sorte de tunnel, et, guidé par votre ours à la voix agaçante et un peu trop présente, vous entrerez dans un univers parallèle, véritable lieu d’horreur dans le jeu… normalement. Je dis normalement parce que ces maps qui sont censées vous effrayer y arrivent bien moins que ce début enthousiasmant -et gratuit.

Il vous faudra alors récolter 4 « souvenirs », 4 objets importants de votre vie de bébé, et traverser toutes sortes d’endroits à l’esthétique étrange et sombre. En terme de graphismes, je trouve que le jeu se débrouille plutôt bien et apporte des éléments intéressants. J’aime énormément l’aspect du parc de jeux abandonné dans lequel on se retrouve en premier, et j’ai tremblé dans le manoir, le marais, la bibliothèque que l’on explorent par la suite. Cependant, un jeu ne se compose pas uniquement de ce à quoi il ressemble, et à part sa photographie et son thème principal extrêmement original, Among the Sleep présente également quelques grands défauts.

2543896-ci-198180726430374608

L’ambiance sonore, composée d’énormément d’éléments différents, ne ressemble parfois à… rien. On a l’impression que les bruits sont placés aléatoirement, et que leur choix est totalement hasardeux, ou du moins uniquement relié au désir de nous faire peur. Mais hélas cela rend le jeu beaucoup plus brouillon qu’autre chose.

Et puis, comme dans tout bon survival horror, on rencontrera très vite la créature cauchemardesque qui nous poursuit. On avait d’ailleurs pu l’apercevoir lors de notre escapade nocturne du début de l’oeuvre, et elle avait pour ma part, avec cette toute première apparition, réussi à me faire décoller les fesses du siège. Toutes bonnes choses ayant une fin, elle prend ensuite le rôle d’un ennemi à l’esthétique certes effrayante et digne des plus grandes peurs d’un enfant, mais qui se matérialise soudainement et hasardeusement. Elle ne nous laisse pratiquement aucun répit et le seul moyen de s’en défaire reste la fuite, voire la planque. Mais pas toujours facile de trouver un endroit où se cacher… Mélange, donc, raté de Slender et d’Amnesia. J’aurais aimé, pour ma part, pouvoir la repousse en « câlinant mon ours », autrement dit en activant sa lumière. Cela aurait alors équilibré la survie et ce côté random que nous fait subir le grand monstre filandreux.

Au final, on se retrouve à la fin du jeu, offrant une morale prévisible et pas assez d’ouverture selon moi.

542-among-the-sleep1

Ma note : 12.5/20. C’est un jeu doté d’une bonne idée de départ, d’une ambiance presque réussi, mais de défauts trop apparents.
Publicités

Publié le 5 juin 2014, dans Jeux vidéos. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :