Les Lavandières de Nuit – Dans les coulisses du tournage d’un court-métrage d’horreur

1174695_222686011253794_610208484_n

Beaucoup de visiteurs de Sleepnolonger sont d’abord tombés sur le site grâce à leur intérêt pour les courts métrages d’horreur (c’est effectivement le terme le plus recherchés des visiteurs ici). J’ai donc été invité à assister au tournage des Lavandières de Nuit (comme certains d’entre vous l’ont sûrement vu sur la page Facebook), un court-métrage réalisé par des étudiants nantais de l’école CinéCréatis, et je pensais qu’une petite investigation dans les coulisses d’un film de genre vous intéresserait !

Mais avant toute chose, parlons des lavandières de nuit. Elles sont les protagonistes, non pas uniquement de ce court-métrage, mais également et surtout de légendes urbaines terrifiantes originaires de Bretagne et de Normandie. Elles font partie de la famille des Dames Blanches et passent leur nuit à côté des puits ou au bord des lacs à laver des vêtements. Elles apparaissent surtout les nuits de pleines lunes ou à la Toussaint et attirent leurs victimes grâce au bruit de leur battoir. Quand elles croisent un passant (uniquement les individus solitaires de sexe masculin) elles l’interceptent et il se doit de les aider en tordant le linge dans le même sens qu’elles s’il ne veut pas finir noyé ou avec le bras aussi tordu que leurs haillons. La légende était très répandue et a été explicité par George Sand en personne : apparemment, le fameux bruit de battoir n’est autre qye le croassement d’une espèce spécifique de grenouille.

yann_d10

Cette œuvre est donc directement inspirée de la légende.

Il faut savoir qu’un tournage de film d’horreur…. n’a rien d’un film d’horreur. Être dans les coulisses de la production démystifie totalement n’importe quelle scène terrifiante. Mais il y a énormément de chose à apprendre.

 

Je pourrais vous parler en 5600 mots de comment le faux sang était mijoté (café, chocolat, tapioca…), des conditions de tournage (le tournage de nuit s’est fait uniquement éclairé aux phares de voiture), ou encore de la définition de la « nuit américaine » (méthode consistant à tourner les scènes de nuit pendant la journée, et à rajouter des filtres créant une nuit artificielle -méthode très utilisée pour ce court-métrage), mais j’ai préféré vous filmer ce tournage qui m’a été instructif et agréable. Sachez qu’il a duré trois jours (une vingtaine d’heures en tout) et que seulement un des trois jours de travail a été un tournage de nuit.

 

Je vous laisse découvrir le « making of » de Sleepnolonger 

 

Interview des lavandières :

 

Interview du réalisateur :

 

Publicités

Publié le 21 juillet 2014, dans Court-métrages, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Bonjour, voici un petit film sur ce même thème, Kannezered Noz, : http://vimeo.com/37467685
    J’ai vraiment hâte de voir ce film dont vous parlez, votre article fait très envie :D!!!! J’aime beaucoup ce thème, qui est finalement très très peu traité. Un grand BIG UP à votre site 😀 !!!!!!!!!!!!!!!!!

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :