Catacombes

82909

Film sorti en cette année 2014 et réalisé par John Eric Dowdle (Devil, En Quarantaine -le remake américain de [Rec]-, The Poughkeepsie Tapes…), Catacombes, de son nom original « As Above So Below », est un film d’horreur ambitieux se centrant sur l’exploration des catacombes de Paris. Dowdle étant un fan de found-footage, Catacombes ne fait pas exception à la règle et est un found footage, film donc réalisé à la caméra à l’épaule. Il a été entièrement tourné à Paris, dans les véritables catacombes, évidemment décorées et transformées un minimum pour l’occasion, la décoratrice ayant avoué s’être inspiré de l’Enfer de Dante pour créer l’atmosphère des lieux. Le nouveau film de Dowdle a fait l’objet d’un marketing assez incroyable, les bloggeurs ayant reçu des invitations pour des séances spéciales dans les catacombes, Pewdiepie et d’autres Youtubeurs (comme le français Kriss de Minute Papillon) ont même été invités à participer à des challenges et des tournages dans ce même lieu. Alors, ce coup de promotion a-t-il été à la hauteur de la qualité du film ?

9ac807a42-1

On pourrait penser à une histoire banale à la Projet Blair Witch : des jeunes voulant explorer les catacombes s’y perdent et deviennent fous. Mais pour le coup, rien de tel : on démarre directement sur un récit d’archéologie, le film commençant en Iran. On se centre sur la quête d’une jeune archéologue qui est persuadée de pouvoir trouver la fameuse pierre philosophale de Nicolas Flamel (pierre qui transforme ce qu’elle touche en or, qui soigne et rendrait même immortel). On part donc sur une histoire qui tourne autour d’un mythe assez incroyable, qui nous mène dans les catacombes de Paris, où la pierre prodige semble avoir été dissimulée. Pour pouvoir entrer dans la partie non ouverte aux touristes des catacombes, notre héroïne doit faire appel à des spécialistes de l’urbex (urban exploration) qui sont des habitués de ce genre de lieux. Commence alors leur descente aux enfers, parsemée de références antiques et religieuses, nous faisant entrer dans le monde des profondeurs.

Seulement voilà, Catacombes a pris un gros risque en choisissant de filmer caméra à l’épaule : se déroulant dans les sous-terrains, l’image est donc très souvent trouble, branlante, presque épileptique, et cela gâche l’expérience plus que de la renforcer. En effet, au lieu de se prendre au jeu et de rentrer en empathie avec ce que vivent et ce que voient les personnages, on tente tant bien que mal de discerner les visages qui apparaissent et les actions des explorateurs en herbe. Pas facile, donc, de se repérer, de comprendre même ce qu’il se passe à certains moments. Il peut même vous arriver d’avoir la migraine, voire la nausée, car catacombes obligent, les jeunes gens se penchent, rampent, tombent grimpent, et la caméra suit comme elle peut ces gestes un tantinet trop rapide et successifs.

maxresdefault

Hormis ce défaut majeur, reste le scénario qui n’aboutit pas. La pierre philosophale trouvée beaucoup trop facilement, les incohérences qui parfois nous empêchent d’y croire complètement… Bref. Le film nous sert une morale bien américaine, nous disant « il faut vaincre son Enfer personnel et abandonner nos culpabilités ». Cependant, cette morale est bien mal desservie, l’oeuvre nous proposant des explications bancales et pas assez approfondies à propos du passé ds personnages. Elle mélange également cette histoire de psychologie à celle de la pierre philosophale, et le film nous paraît alors trop court pour tous ces sujets et toutes ces propositions de thèmes. Trop de clichés s’entremêlent dedans, de la romance prévisible depuis le premier quart d’heure à la fin décevante que nous dessert Dowdle.

Catacombes-Critique3

Il n’y a pas que des mauvais points. Certains effets spéciaux sont très bien faits (comme les visages dans les murs, ou encore les décors renversés et leur idée-même) et les « monstres » du sous-terrain, rares mais bien foutus arrivent à nous faire retenir notre souffle.


Ma note : 11/20. C’est pas du tout ça. Les catacombes sont des lieux pleins d’histoires et terrifiants, et n’ont pas été assez bien exploitées. Il aurait fallu une heure de plus au film, ou encore que les scénaristes se centrent sur un seul des thèmes proposés.

Publicités

Publié le 30 août 2014, dans Films horrifiques, et tagué , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Étant une habituée des films d’horreurs ma critique aurait été beaucoup plus sévère que cela, beaucoup d’incohérence en effet, rien d’innovant, effets sonores à vous détruire les tympans pour faire qu’il se passe quelque chose …Le sang .. n’en parlons pas, j’ai plus ri qu’autre chose, et mettre une anorexique qui erre entre deux cailloux n’ont rien changé à la platitude du scénario, même Martyrs était moins nul.

  2. ce film met bien en évidence la condition actuelle du cinéma français. Il a quand même fallu attendre des AMERICAINS pour faire un film sur les Catacombes??? Nan mais là je dis merde quoi!!

  3. Je rejoins votre critique du film en partie, mais je ne suis absolument pas d’accord sur votre position quant à la façon dont les catacombes sont filmées.
    J’ai justement trouvé le choix du found footage très pertinent dans la mesure où on reste collé aux personnages en permanence. Je regrette même que le film ne commence pas DANS les catacombes, la première demie-heure situant des personnages inutiles et dont on se fout (sauf Scarlet, Benji et Papillon/Orelsan, les autres personnages sont inutiles, peu charismatiques et ne font que rassurer le spectateur de par leur présence.)
    Donc, le choix du found footage et le fait que l’image ne soit pas si propre me semble judicieux : plus d’une fois, on est littéralement coincé avec le personnage. Quand Benji rampe sur des os et, pris de panique, ne peut plus bouger dans son conduit d’un mètre sur un mètre trente, le spectateur est coincé 3 minutes avec lui, dans un plan très serré et penché (ce qui est peu commun au cinéma, mis à part dans du manièrisme vénère). Et ça, c’est plutôt pas mal.

    Par contre oui, le film lâche plein de pistes qui seront inutilisées alors qu’elles me semblent pertinentes. Par contre [SPOIL] la morale américaine ? j’y ai vu qu’un motif chrétien du Purgatoire. [/SPOIL]

    Après oui, c’est pas un très grand film mais je vous trouve sévère, il offre certains trucs cools 🙂

    • Je suis sévère parce que bon, je m’attendais à VRAIMENT MIEUX, sachant à quoi ressemble les catacombes et ce qui ça aurait pu donner. Pour le found footage, oui, le choix de la méthode était justifié mais pas assez bien exploité : la moitié des gens de la salle sont ressortis plus avec le mal de mer qu’avec la peur au ventre… C’est pour moi un très mauvais point, donc.

      Pour le Purgatoire, tu as carrément raison. Seulement pour les « novices de la religion » (qui sont de plus en plus nombreux), je ne pense pas que ça ait fait tilt !

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :