Les photographes de cauchemars

Ce site comportant une Galerie des Ombres, il était important de faire un point sur l’un des arts nouveaux qui priment dans le domaine de l’horreur : la photographie. Et dans cet article, je vais parler d’un type de photographies bien précis : celles qui illustrent nos plus sombres cauchemars. Il y a en effet énormément de photographes de talent qui reproduisent leurs rêves terrifiants ou bien ceux de leurs enfants. Je vais donc vous en présenter quatre, qui ont le même thème pour leurs œuvres mais ont tous décidé de l’exprimer de manière différente.

Nicolas Bruno : illustrateur de cauchemars

Nicolas Bruno, un photographe américain qui subit depuis sa plus tendre enfance des épisodes intenses de paralysie du sommeil, a décidé d’en retirer quelque chose en les rendant public et réel grâce à son art. En effet, la paralysie du sommeil attaquant le cerveau au point de se réveiller tétanisé, on se retrouve alors entre rêve et réalité, étant témoin d’apparitions et de visions alors plus ou moins étranges et angoissantes. Elles ont été sa source d’inspiration et voici donc une petite galerie de ses œuvres :

Marcel Meyer : la peur animée

A la différence de Nicolas Bruno, Marcel Meyer, photographe allemand, rend ses œuvres vivantes grâce à la méthode du gif animé. Il a décidé, grâce à l’animation d’un détail dans chacun de ses clichés, d’illustrer quant à lui ses « favorites childhood nightmares » (ses cauchemars d’enfance préférés). Amusez-vous à chercher chaque détail subtil qui pourrait vous effrayer dans ces images et qui déclenchait la peur chez cet artiste la nuit :

Arthur Tress : le reporter des cauchemars d’enfants

Originaire de New-York, Arthur Tress est un photographe qui, dans les années 60 et 70, a décidé d’étudier les rêves et les cauchemars des enfants qu’il pouvait rencontrer. Il débattait avec les enfants eux-mêmes de leurs propres cauchemars, afin de les illustrer au mieux. Il saisit alors les plus irrationnelles des peurs chez eux, les plus créatives, imaginatives… Il explore le monde de l’enfance avec brio, et met en scène leurs terreurs. Il a appelé cette série de photos « Daymares » (mélangeant les mots « cauchemars » et « jour ») désignant le côté « diurnes » de l’Angoisse qu’il représente dans ses œuvres. Se pliant à la mode de la « street photography », il prend les clichés de ces enfants et de leurs peurs les plus profondes dans les lieux qui leur conviennent, à la façon de portraits sinistres :

Joshua Hoffine : l’amateur de frayeur d’enfance

La série Horror Photography de Joshua Hoffine, photographe ayant décidé de mettre en scène ses enfants et leurs cauchemars, se situe dans cette lignée des photographes qui s’intéressent aux cauchemars des petits êtres humains. Monstres sous le lit, dans le placard ou derrière les portes de la salle de bains, les filles de Joshua se prennent au jeu et, grâce à des effets spéciaux rajoutés par la suite, le photographe nous parle bel et bien de nos frayeurs d’enfance et démontre comme les autres artistes à quel point la photo peut retranscrire avec exactitude nos angoisses :

+ Enfin, je vous renvoie, si vous en voulez plus, à mon article sur le projet photo Big Black Nothing.

Publicités

Publié le 31 août 2014, dans Peurs diverses, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. J’ai adoré les gifs!!! Mais je ne dormirais plus maintenant…

  2. Quelles images impressionnantes! Terrifiantes et artistiques. J’aurais aimé avoir des cauchemars aussi cool. Oui, sur le moment, ça fait peur, mais ça laisse de puissants souvenirs (et de belles oeuvres d’art, d’ailleurs!^^). Mes seuls cauchemars se limitent à rêver de mauvaises notes… Un peu minable, quand même! Au fait, sur la troisième photo de Mr Hoffine, suis-je la seule à avoir remarqué le « dad, no » écrit avec les dés? ça laisse songeur quant à l’identité du « monstre »…

  3. Oucha. Le travail de M. Bruno me rappelle certaines oeuvres de Magritte et de Storm Thorgerson (l’illustrateur des Pink Floyd). Super article sur des gens pleins de talents, et qui doivent posséder un sacré talent d’écoute et de compréhension pour ceux d’entre eux qui travaillent avec des enfants. Je n’avais jamais vu quelque chose de semblable aux gifs de M. Meyer, c’est saisissant! (Mais je doute : j’ai l’impression que l’araignée de M. Hoffine a un peu trop de pattes).

  1. Pingback: Les cauchemars | Sleep No Longer

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :