Archives Mensuelles: septembre 2014

Carmilla, ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer les vampires lesbiennes

Par Antarès

Il est surprenant de voir que sur ce site, on n’a pas souvent parlé de vampire, voire pas du tout. Et bien réjouissez-vous car aujourd’hui, on va parler d’un des plus grand récit de vampire de la littérature (non pas Twilight, ta gueule). Non, il ne s’agit pas de Dracula, il s’agit de bien mieux ! Il sera question du récit qui fut la principale inspiration de Bram Stocker pour son Dracula, sans ce récit, point de mythologie du vampire telle qu’on la connait aujourd’hui ! Alors enfilez un corsage victorien, et vote plus belle robe à faux-cul, car aujourd’hui, c’est Carmilla.

dgr Lire la suite

Pink Flamingos

pink-flamingos

Sortie en 1972, Pink Flamingos EST le film bizarre par excellence. C’est une « comédie » réalisée par John Waters (Cry Baby, Mondo Trasho, Hairspray, Female Trouble…) et qui a fait couler beaucoup d’encre depuis. Considéré comme un midnight movie et acclamé par les défenseurs de cet étrange genre, Pink Flamingos parlent de beaucoup de choses, et ne devrait même pas être classé dans un genre, si ce n’est celui de comédie (et encore). Allociné rajoute même « Epouvante-Horreur ». Je n’y crois pas un seul instant. C’est beaucoup plus que ça. Tout comme le Rocky Horror Picture Show, c’est un film « mythe », qui a des adeptes un peu partout dans le monde. Choquant, fascinant, dégoûtant, je vais donc vous présenter une œuvre à part ! Lire la suite

Oculus

045741

Sorti en 2014, Oculus a fait quelques vagues sur internet, mais n’a pas beaucoup déchaîné les cinémas. Film d’horreur américain réalisé par Mike Flanagan avec notamment l’actrice principale Karen Gillan (connue pour son rôle de Amy Pond dans Doctor Who), il donnait l’impression d’être original, ou tout du moins regardable (et Dieu sait que ça manque dans le cinéma d’horreur moderne -et populaire). Puis, plus personne n’en a parler. Alors, que donne cette œuvre au parcours marketing tout aussi étrange que son nom ? Lire la suite

The Binding of Isaac, ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer le caca et la Bible

Par Antarès.

Du sang, du caca, des tripes, du symbolisme biblique, du caca encore, un design tout mignon et un jeu absolument brillant, voilà comment en quelques mots vous pourrez résumer The Binding of Isaac lors de votre prochaine soirée mondaine. Car oui, The Binding of Isaac est digne d’être cité, d’être comparé, d’être aimé, détesté, jeté aux oubliettes ou porté aux nues, bref, Binding of Isaac, il faut en parler !

2 Lire la suite

Poltergeist

poltergeist-affiche

Sorti en 1982, Poltergeist est un classique pour les fans de genre (comme vous et moi). Il est connu de tous et de toutes pour peu qu’on s’intéresse au genre « Epouvante-horreur ». Ce film est réalisé par quelqu’un que l’on connaît aussi forcément dans le milieu : Tobe Hooper (qui a aussi fait un épisode des Contes de La Crypte, deux des Masters Of Horror…). Qui est ce monsieur ? Et oui : Poltergeist est du même réalisateur que Massacre à la Tronçonneuse, LE chef d’œuvre glauque de l’horreur. Deux classiques à son actif donc. Il y a souvent méprise, car Poltergeist est connu principalement pour avoir été produit par Spielberg, qui efface alors le nom de Tobe Hooper qui lui, pourtant, est bel et bien le seul réalisateur du film.

Vous avez sûrement déjà entendu parler de ce film à cause de sa « malédiction » : en effet, la jeune actrice principale est morte durant le tournage du deuxième volet (la saga en compte trois) de la maladie de Crohn, et celle qui joue sa sœur aînée se fait assassinée par son petit ami à l’âge de 22 ans. Il paraîtrait même que les squelettes de la scène de la piscine étaient de vrais restes humains…

Alors, pourquoi ce film est-il si acclamé ? Lire la suite

La Chasse aux fantômes ou de l’empreinte au sens

01 - cover

 

« (…) quand on connaît cette histoire, l’endroit prend une toute autre allure. »

Chasseur de fantômes – épisode 1 à 21:38

Introduction

J’ai découvert la première chasse aux fantômes de Guss DX grâce à un partage sur les réseaux sociaux. Je regarde et je suis passionné comme je ne l’ai jamais été devant un film d’horreur. La vidéo nous montre un homme confronté à des phénomènes paranormaux dans des lieux hantés. Tout ce qui est filmé nous est présenté comme authentique, sans retouche. Nous serions ici face à un vrai documentaire. Il ne va pas s’agir dans cet article de se faire l’avocat du paranormal ou d’accuser Guss de mentir sur la véracité de ses images, mais d’analyser les éléments qui font l’efficacité, à mon sens, de ses chasses aux fantômes. Lire la suite

L’inquiétante étrangeté, ou comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer être mal à l’aise.

Par Antarès

Salut à tous, c’est Antarès. Et pour mon premier article sur SleepNoLonger j’ai voulu revenir sur un concept fondamental de tout adepte de l’étrange, le concept même qui vous fait revenir sur ce site semaines après semaines, ce concept, c’est l’inquiétante étrangeté.

Le principe de l’Unheimlich, ou inquiétante étrangeté, est une conception psychologique théorisée par Sigmund Freud en 1919 dans son essai, Das Unheimliche. (nan mais revenez ! ça devient intéressant après, y aura des images et tout !) Lire la suite

Les peintres de la Peur

Après avoir créer une Galerie des Ombres et avoir rédigé un article sur les photographes ayant choisi pour thème de leurs clichés les cauchemars humains, il ne fallait pas que je loupe l’occasion d’écrire sur un autre art : la peinture. Car il s’avère qu’elle reste pleine de ressources au niveau de la terreur et de l’horreur ; en effet, qui ne s’est jamais senti mal devant un tableau ? Voici donc un palmarès (non exhaustif) de quelques peintres qui ont décidé de jouer sur notre sentiment de peur… consciemment ou même inconsciemment ! Lire la suite

L’Attraction Blanche Neige – Disneyland Paris

N015247_2020juil22_blanche-neige-dark_926x351

Vous êtes peut-être déjà allé à Disney ? Si oui, si vous vouliez avoir peur, vous vous tourniez soit vers les attractions de grand huit et autres sensations fortes, soit vers le Manoir Hanté, typiquement fait pour ce genre de frissons. Oubliez tout ça et n’ayez pas honte d’essayer « l’attraction pour enfants » au doux nom de Blanche Neige. Attraction pour enfants dites vous ? Pas tout à fait ! Rendez vous devant la chaumière de bois où vous pouvez faire la queue … Bon, une queue souvent certes longue, mais vous pourrez déjà vous étonner de voir une prévention sur une pancarte de bois : « Attention, cette attraction peut effrayer les enfants ». Vous doutez, regardez le plan du parc, incertain : oui, l’attraction Blanche-Neige ne privilégie pas de l’accréditation « d’attraction familiale » mais bien de celle « d’attraction pouvant ne pas convenir aux plus jeunes. » On l’appellerait même « Snow White’s Scary Adventure » !

Ce n’est qu’après avoir subi ce voyage d’un glauque un peu particulier que vous vous rendez compte de l’intérêt de cet article !

Tout d’abord, c’est un enchaînement de tableaux, qui débutent toujours par une porte fermée. Devant cette porte, vous pouvez vous demander ce qu’il peut se trouver derrière à chaque fois. Et plus vous avancez, plus le voyage s’assombrit (en effet, cette attraction s’appelle un dark ride). Enfin, disons que seulement le premier tableau (représentant la belle et les sept nains dans la chaumière) est lumineux et joyeux. Ensuite, on tombe directement dans un univers sombre et pas très rassurant. Dans la mine, des wagons de pierres précieuses nous glissent dessus, et le noir envahit totalement l’attraction. Par la suite, la fameuse sorcière nous apparaît, d’abord en nous surprenant avec un screamer en se retournant et se transformant devant nous. Cette fameuse sorcière va alors nous poursuivre durant TOUTE l’attraction. En apparaissant dans tous les coins, en grandeur nature, en hologramme, derrière les portes, les arbres. Son rire et sa voix sont omniprésents et l’orage gronde. La nuit nous emporte et les arbres nous agressent, après qu’un vol de chauve souris nous ait surpris. La pression nous serre le ventre quasiment du début à la fin. Blanche Neige n’y est quasiment jamais présente parce que… VOUS ETES BLANCHE NEIGE. VOUS vous perdez dans la forêt. VOUS êtes poursuivi par la sorcière.

Pour une attraction au doux nom d’un film pour enfants, c’est complètement surprenant, voire angoissant. Testez la !

Et voici une vidéo pour vous prouver mes dires.

Si vous n’arrivez pas à bien voir, voici la description qu’offre Wikipédia de l’attraction.

Et puis, après tout, même le dessin animé était limite. Rappelez-vous plutôt du passage de la forêt :

Mécanique physio-biologique de la Peur

Etant un fan de l’horreur en tout genre, je me suis retrouvé un soir à regarder un live d’une personne qui jouait au jeu d’horreur Dead Space. En suivant la trame du jeu, cette personne, virtuellement plongée dans une ambiance oppressante et sombre, a montré des signes évidents de peur (sursauts, besoin de pousser un cri) que nous avons tous au moins ressenti une fois, alors qu’il n’y avait aucune raison rationnelle de danger immédiat.

C’est en voyant ses réactions que je me suis posé des questions toutes simples, mais dont les réponses sont plus complexes qu’il n’y parait : Pourquoi nous n’arrivons plus à nous contrôler consciemment dès que nous ressentons de la terreur ? Qu’avons-nous tous en commun qui nous fasse réagir de la même manière dès que la peur se fait ressentir ? Pourquoi sursautons-nous quand nous sommes surpris par la peur ? etc…

Dans cet article, nous nous pencherons sur l’explication des mécanismes biologiques et physiologiques qui se mettent en place lors d’une situation de peur.

10637848_10204761362259157_137938532_n

Lire la suite