Pink Flamingos

pink-flamingos

Sortie en 1972, Pink Flamingos EST le film bizarre par excellence. C’est une « comédie » réalisée par John Waters (Cry Baby, Mondo Trasho, Hairspray, Female Trouble…) et qui a fait couler beaucoup d’encre depuis. Considéré comme un midnight movie et acclamé par les défenseurs de cet étrange genre, Pink Flamingos parlent de beaucoup de choses, et ne devrait même pas être classé dans un genre, si ce n’est celui de comédie (et encore). Allociné rajoute même « Epouvante-Horreur ». Je n’y crois pas un seul instant. C’est beaucoup plus que ça. Tout comme le Rocky Horror Picture Show, c’est un film « mythe », qui a des adeptes un peu partout dans le monde. Choquant, fascinant, dégoûtant, je vais donc vous présenter une œuvre à part !

Il va falloir prendre ce film au 456ième degrés. Il va jusqu’au bout des limites. C’est un film SUR le mauvais genre, le mauvais goût et l’immondice humaine. On va mélanger pleins de critères pour atteindre ce but : un drag queen cannibale sur-maquillé et répugnant répondant au doux nom de Divine, sa mère obèse mangeuse d’oeufs enfermée dans un parc à jouet pour bébé, son fils qui fait l’amour à une femme en tuant un poulet entre eux (si, si), un couple de fétichistes des pieds qui enlève des femmes pour les mettre enceintes et vendre leurs bébés afin de financer un trafic de drogue dans les écoles, des actes sexuelles non censurés, de la scatophilie, des croix gammées, des léchouilles, des cheveux bleus, une castration, un anus qui chante… Bref, vous m’avez comprise.

Edith-Massey-as-The-Edie-the-Egg-Lady-in-Pink-Flamingos-dreamlanders-9790304-834-470

Le scénario se base sur le titre obtenu par Divine -alias Babs Johnson- dans le journal local : celui d’être l’être le plus immonde du monde. Jaloux, Raymond et Connie Marble s’en prennent à cette nomination en envoyant des étrons à notre héroïne, juste histoire de démontrer qui sont vraiment les plus dégueulasses. S’enchaîne une guerre entre les deux camps, entrecoupée de scènes hors propos avec le fils de Divine ou son amie Cotton, avec le majordome des Marble, ou encore sur la relation particulière qu’entretient la mère de Babs avec le livreur d’oeufs (The Eggman).

Les dialogues géniaux, crus et cultes entre les très bons acteurs du film rendent l’ambiance malsaine encore plus frappante. On ne s’ennuie tout simplement jamais, et si l’on est suffisamment ouvert à n’importe quel type d’humour (noire, cynique, glauque, extrême, ridicule) alors Pink Flamingos nous apprendra à rire de tout, même du pire, et même de ce qui nous repousse le plus.

Filmé à la Gummo, comme un -presque- documentaire sur les bas-fonds d’une Amérique dérangeante, à peu de choses près que ce film crée un univers entier, que l’on pourrait (et voudrait) croire hors du temps, hors de notre propre univers, tellement il est violent, répugnant et immoral.

Pink-Flamingos-dreamlanders-8926551-891-526

Pink Flamingos s’inscrit dans un mouvement underground lancé par John Waters qui se révèle maître du genre. Ce film, crade et dénué de toute logique, est vite devenu un mythe du cinéma de minuit. Trash et obscène, l’oeuvre sert également à démontrer jusqu’où le genre pouvait alors aller et ce qui pouvait être montrer au public à l’époque. On se retrouve happés par ce monde, ces personnage et ce non sens total, et ça, c’est une qualité que peu de réalisateurs arrivent à reproduire et même à créer. Réunir autant d’immondices dans un même film… c’en deviendrait presque de l’art !

pink-flamingos-1972-03-g

Ma note : 15/20. Film culte. Obscène. Grand roi du trash underground des années 70. Une Divine vraiment… divine.
Publicités

Publié le 28 septembre 2014, dans Films choquants, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :