Terreur sur la ligne

01

Article de Daejanire

Sorti en 1979, Terreur sur la ligne(When a Stranger Calls en V.O) réalisé par Fred Walton (et son seul succès), est l’un des premiers films où le téléphone est utilisé comme un élément clé du scénario, tout comme pour Black Christmas de Bob Clark, ce qui a inspiré plus tard le célèbre Wes Craven pour son tout aussi célèbre Scream.

L’histoire ? Elle est simple. Comme toutes les étudiantes, Jill Johnson (Carol Kane) fait du baby sitting pour se faire de l’argent de poche, et ce soir, c’est chez le Dr Mandrakis (Carmen Argenziano le père de Sam Carter dans Stargate SG1 oui oui) qu’elle se rend. On la prévient dès son arrivée de ne pas aller déranger les enfants qui dorment déjà depuis un moment, car ils sortent d’une grippe/rhume/bronchite (rayez la mention inutile) et donc sont « morts » de fatigue.

02

Pour Jill s’annonce une p’tite soirée bien tranquille, contrairement à toutes celles que nous avons connues, nous pauvres baby sitters, où les mioches ouvrent la porte de leur chambre en hurlant dès le départ des parents, en réclamant le Roi Lion ou La Reine des Neiges à grands cris.

Jill en profite donc pour réviser en se baladant dans la villa du Dr Mandrakis, en téléphonant à ses amies, en mangeant un bout, bref, limite elle s’endort… comme nous quoi. Soudain, le téléphone sonne. Jill décroche. Personne au bout du fil. Elle raccroche. Quelques minutes plus tard, re-belotte. La musique commence à changer, avec des bruits discordants, et Jill n’est plus aussi tranquille. Une fois encore le téléphone sonne, et cette fois c’est différent, car un souffle se fait entendre puis une voix glauquissime lui pose une question qui lui (et nous) glace le sang « Etes-vous allée voir les enfants ? ».

03

La même chose se produit encore plusieurs fois et Jill se décide alors à appeler la police à qui elle explique la situation. Et là, on lui donne la BEST SOLUTION EVER : « Si le fou rappelle, sifflez dans le combiné ça va le calmer ! ». La jeune fille comprend qu’elle n’a rien à attendre de ce côté et raccroche. Pour mieux devoir décrocher quand le téléphone sonne de nouveau !

Elle atteint alors un nouveau degré de peur quand la rengaine de l’homme change et lui demande « Pourquoi n’êtes-vous pas allée voir les enfants ? ». Jill comprend alors qu’elle est surveillée et va fermer les rideaux / portes et commence à s’armer de courage et d’un tisonnier pour le cas où. On sent bien la peur qui monte avec la musique de plus en plus stridente, le tic-tac de l’horloge qui retentit dans la maison, et les gros plans sur le téléphone, que Jill regarde avec de plus en plus de détresse et d’angoisse, jusqu’au coup de fil où Jill terrorisée demande à l’homme ce qu’il veut et qu’il lui répond « Être recouvert de ton sang !! ».

04

Je n’en raconte pas plus pour ne pas spoiler mais avant de le regarder, sachez que tout ce que je viens de vous décrire constitue les vingt-cinq premières minutes du film, vingt-cinq minutes de pure angoisse qui monte en suivant le rythme de la musique bien crispante, des coups de fil qui s’accélèrent et de l’évolution du visage de Jill qui se décompose de plus en plus.

La deuxième partie est constituée de l’enquête du détective Clifford (Charles Durning) engagé par le Dr Mandrakis pour enquêter sur l’homme du téléphone et elle n’atteint pas la qualité des premières (et dernières) trente minutes du film. Elle permet toutefois de respirer et de reprendre nos esprits, en nous montrant les difficultés auxquelles est confronté le détective et surtout de nous présenter l’homme du téléphone, à la voix glaçante, Curt Duncan.

05

Fred Walton a brillamment écrit son personnage du psychopathe Curt Duncan (interprété par Tony Beckley, qui décédera d’un cancer un an plus tard) dont nous n’entendrons que la voix pendant la majeure partie du film. Et lorsque nous le voyons finalement, il est évident que sa démence se répercute sur son physique, tellement il parait halluciné et habité par une folie que personne ne peut comprendre. Cela transparaît notamment dans les passages où il est face aux miroirs et qu’il se rappelle les horreurs qu’il a commises en pleurant ou lorsqu’il hurle sa peur, sa folie et son chagrin dans la nuit, caché entre deux bennes à ordures. On en arrive presque à avoir pitié du personnage. De plus, son passage à l’hôpital psychiatrique l’a affaibli physiquement et mentalement et les coups qu’il prend lors de ses errances déforment son visage. A la toute fin, il ressemble presque au monstre qu’il est à l’intérieur.

Quant à la dernière partie du film, elle remonte magistralement la deuxième partie du film, plutôt apparentée à un simple film policier. Ceci, avec un simple appel, miroir du début du film, qui s’adresse toujours à Jill, devenue mère de famille et concernant cette fois-ci ses propres enfants.

06

Le talent de Carol Kane, qui interprète Jill, est tout simplement incroyable, nous voyons son visage se décomposer instantanément en entendant cette simple phrase, et notre cœur se serre au même instant, en comprenant que le même scénario va se répéter.

Ma note : 16/20. Alors que j’ai vu ce film pour la première fois il y a plus de 10 ans, ce qui en ressort encore aujourd’hui lorsque j’y pense, c’est cette montée de peur et d’adrénaline lors des appels téléphoniques et cette voix monocorde et atone qui demande « Pourquoi n’êtes-vous pas allée voir les enfants ? ». Même si la deuxième partie du film me plaît moins, le film nous reprend aux tripes avec un simple appel téléphonique vers la fin du film, qui est absolument angoissante.

 

ATTENTION SPOILERS DANS LE TRAILER. A VOS RISQUES ET PERIL

Publicités

Publié le 13 janvier 2015, dans Films horrifiques, et tagué , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Un article très intéressant. Je ne connaissais pas du tout ce film et il serait peut être temps que j’essaie de le voir x) (je dois regarder « You’re Next » aussi). Bref, merci à vous pour ce travail ^^

    • Et bien de rien 😀 Surtout essaies de ne pas commencer par le remake de 2013, il n’utilise que les 30 premières minutes de l’original et l’étire sur 1h30 ! J’ai regardé « You’re next » la semaine dernière il est vraiment bien !!

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :