Fragile

Fragile

Sorti en juin 2006 non pas dans nos salles obscures mais directement en DVD, Fragile est un film espagnol de Jaume Balaguero (la saga [Rec], Malveillance, A Louer, La Secte Sans Nom…) qui est tout de même un réalisateur reconnu pour ses films d’horreur réussis et marquants. Notre film en question a d’ailleurs été récompensé lors du festival Fantastic’arts de Gérardmer de l’année 2006, avec le prix du jury ET le prix du public. Fragile détient-il le même pouvoir d’épouvante que ses prédécesseurs espagnols qui ne nous ont quasiment jamais déçus ?

Dans un hôpital presque désaffecté, où l’unité restante est composée d’enfants gravement malades, une nouvelle infirmière, Amy, vient en remplacer une autre, qui a soudainement démissionnée de son poste. Avec un passé que l’on devine trouble et un état psychologique plus ou moins déjà fragile, la jeune femme se prend d’affection pour une petite fille qui dit voir une « fille mécanique » hanter l’hôpital et blesser les autres patients. Il est vrai, et Amy le constatera de plus en plus, que le bâtiment est victime de bruits et d’événements pour le moins étranges : des os se brisent tout seul, les draps se soulèvent d’eux-même… Elle décide alors de faire confiance aux « inventions » fantastiques de la petite fille et de mener sa petite enquête.

Fragile1

Une nouvelle infirmière, un bâtiment hantée, des enfants avec des visions … rien de très innovant pour ce film qui pourtant reçoit de bonne critique des amateurs de films de genre. L’histoire, bien qu’absolument pas « mal écrite », n’est pas original pour autant et nous sert à tour de bras des clichés qu’hélas, en tant qu’amoureuse de la Peur, je ne connais que trop. On pourrait d’ailleurs également repensé à The Grudge (film d’une toute autre qualité cela dit) qui mêle certains de ces éléments avec brio (la maison hantée par des fantômes dont il faut trouver l’histoire pour s’en sauver, la nouvelle infirmière qui s’occupe d’une personne en contact direct avec les entités mystérieuses, mais que personne ne croit…)

27526252lb5

Cependant, je ne peux pas vous dire que ce film est mauvais. Avec une ambiance « à l’espagnol » comme on les aime qui aborde l’épouvante avec une subtilité bien trop rare dans le milieu et une esthétique assez soignée, Fragile s’inscrit comme un film « moyen » mais aussi comme une belle promesse pour la carrière du réalisateur (comme nous avons pu le constater avec [Rec] deux ans plus tard). Rajoutons à cela un élément de fin assez surprenant (mais pas assez pour transformer notre vision et notre avis sur le film entier). Le jeu d’acteur n’est pas si bon que cela, et les dialogues ne sont parfois pas très convaincants.

fragileschermata

Cela reste un film qui peut impressionner les plus sensibles d’entre vous. L’horreur y est tout de même un peu maîtrisée même si, encore une fois, il vous suffit d’avoir une bonne expérience en film d’épouvante pour vous permettre d’être blasé par ce scénario un peu stéréotypé. Ce ne sera pas l’œuvre de votre vie, ni celle qui vous fera vous relever la nuit, mais elle pourra très certainement vous faire passer un bon moment. Pour ma part, j’ai manqué d’étonnement.

Ma note : 13/20. Sympa, sans plus, et un peu trop cliché. Bon point pour le côté « ambiance horrifique espagnole », qui marche au poil, comme d’habitude.

Publicités

Publié le 17 juillet 2015, dans Films horrifiques, et tagué , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :