Ils

18645902

Sorti en juillet 2006, Ils est un film d’horreur/d’épouvante français de Xavier Palud (la nouvelle série Intrusion, mais aussi The Eye et A l’Aveugle) et David Moreau (The Eye également, et le récent Seuls), tous les deux en collaboration sur le projet. Tourné à Bucarest, en Roumanie, ce film nous prévient que le scénario est tiré de faits réels. Il s’agit effectivement de la version quelque peu déformée d’une histoire entendue par les deux réalisateurs lorsqu’ils étaient dans un taxi en Tchécoslovaquie. Alors, cette œuvre s’inscrit-elle dans la lignée des films de genre français qui peuvent être très bons comme… absolument médiocre ?

ils-them-avi_snapshot_00-29-26_2010-10-27_08-45-48

Ils est un home invasion typique. L’histoire est centrée sur un couple de français, qui habite depuis peu la Roumanie, dans une grande maison près de la forêt. La femme, Clémentine, est professeur, l’homme, Lucas, est écrivain, et ils semblent heureux ensemble. Après une introduction nous montrant une femme et sa fille se faire attaquer dans la même forêt, nous assistons au bonheur du jeune couple dans une maison vraiment trop spacieuse pour eux seuls. Ils vont d’ailleurs très vite regretter leur choix immobilier, puisque le téléphone sonne soudain, et dehors, il y a du bruit… ils vont devoir fuir et se défendre contre leurs agresseurs, qui envahissent peu à peu leur logis et se plaisent à les torturer psychologiquement.

Je vous préviens que l’élément le plus surprenant de l’histoire va vous être dévoilé dans cet article. Il ne change en rien la peur que l’on peut ressentir au visionnage du film, mais peut participer au sentiment de malaise lorsqu’il est révélé. A vous donc de choisir, mais je lance tout de même une

ALERTE SPOILER.

vlcsnap-00004

Il est dit, dans le générique d’ouverture, que l’œuvre est inspirée de faits réels. Nous connaissons bien cette formule du nouveau (et plus si nouveau) film d’horreur qui fonctionne, en promettant la véracité de ses faits et de ses origines. Ici, l’histoire puiserait ses sources dans un fait divers entendu dans un taxi par les réalisateurs, en voyage en Tchécoslovaquie. Impossible, donc, de se faire confirmer ce folklore peut-être complétement faux. Il paraîtrait donc qu’un couple d’autrichiens habitant dans le pays s’est fait terrorisé une nuit entière par trois adolescents assez jeunes (on nous dit de 10 à 15 ans environ dans le film) avant de se faire tuer dans la forêt avoisinante ; ce que Ils reprend assez bien, on doit l‘avouer.

unbenannt1ox9

Le film n’est pas long, et les réalisateurs n’avaient pas un budget énorme ; cependant c’est l’un des plus efficaces que j’aie pu voir. La tension monte assez vite, et de façon assez spectaculaire. D’abord, un coup de téléphone étrange. Puis, les phares de la voiture s’allument. Enfin, il est suffisamment clair que les amoureux ne sont plus seuls dans leur –trop- grande maison. Le mari tente de voir ce qu’il se passe, la femme panique et le suit de près (pas de décision débile du genre « séparons-nous ! ») et le jeu d’acteur est vraiment très bon. L’actrice qui joue Clémentine, Olivia Benamy, a avoué s’être forcée à affronter certaines de ses phobies lors du tournage, ce qui l’a poussée à rendre sa performance presque véritable et d’une qualité sans pareil.

ilsss

L’introduction du film est très intéressante ; cette séquence d’agression « subtile » et suggérée, durant laquelle les protagonistes ne parlent QUE roumain, nous prouve que la Peur peut être un langage universel lorsqu’on laisse la parole aux plans bien faits, à l’ambiance bien réalisée et aux actrices douées. La subtilité est d’ailleurs le maître mot de cette œuvre ; Palud et Moreau activent notre imagination tout du long, et nous le savons bien : ce qui PEUT arriver nous semble toujours bien pire que ce qui nous arrive réellement. C’est donc pour cela que l’on ne voit presque jamais les malfaiteurs, que leurs visages nous semble comme cagoulés et que leurs contours sont flous et imprécis. On n’entend que le résultat de leurs actions, et nous ne pouvons que les imaginer et les craindre.

Sans titre 1

Les réalisateurs ont choisi ce scénario pour leur film d’horreur principalement parce qu’ils voulaient illustrer l’une des plus grandes peurs du monde : l’intrusion dans un espace personnel. Ils s’en servent alors et mettent le plus possible le spectateur à la place des personnages principaux, grâce à toutes sortes de techniques qui marchent à la perfection (les plans sont tremblants et à la limite du subjectif, la musique est quasiment inexistante, laissant place aux bruits suspects et aux cris affolés, les réactions de Lucas et Clémentine sont les plus réalistes possible…).

Palud et Moreau ont opté pour des lieux très intéressants pour le décor des attaques : une maison gigantesque, la forêt, les souterrains (serait-ce même les égoûts ?) … Tout est propice pour nous faire sentir en danger lors du visionnage. Et même si la musique n’est pas énormément présente, elle conviendra parfaitement à l’ambiance et sera très légère et angoissante, le peu de fois où vous l’entendrez. Et puis, surtout, la fin de Ils est… Très intéressante.

Ma note : 17/20. Sans prétention, l’un des films d’horreur qui provoque le plus d’émotions, et surtout, de PEUR. C’est ce qu’on demande, et c’est ici réellement présent.

Publicités

Publié le 23 juillet 2015, dans Films horrifiques, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :