Ludo

773_1280_1280_inside

Réalisé en 2015 par Qaushiq Mukherjee (plus connu dans le monde du cinéma sous le pseudonyme Q, notamment réalisateur de Tasher Desh, Gandu ou encore Love in India) et Nikon, Ludo est un film fantastique et d’horreur interdit aux moins de 16 ans. Il a été présenté en première européenne lors de l’Etrange Festival 2015. Alors, ça donne quoi un film de vampire indien ? C’est ce que l’on s’est demandés, et on peut enfin répondre à cette question.

MKPdF

L’histoire commence sur un groupe de quatre jeunes un peu rebelles qui fuguent de chez eux pour se retrouver le soir et sortir en boîte. On suit tout d’abord leurs aventures dans les rues indiennes, en quête d’alcool, de fête, de danse ininterrompue et surtout, surtout de sexe. Les jeunes filles incitant les garçons de leur donner du plaisir et ce dans les plus brefs délais, ces derniers ne se font alors pas prier pour rechercher un hôtel afin d’assouvir leurs besoins. Seulement voilà, être mineurs, en manque et sans vrais papiers d’identité en Inde, ça doit pas bien passer pour les patrons des hôtels, et ils ne trouvent aucun moyen de coucher ensemble. L’une des filles a alors une idée grandiose : attendre la fermeture du centre commercial et y rester la nuit, quand il sera désert. Ils ne s’attendaient certainement pas à tomber sur deux créatures bien étranges, ressemblant un peu à des zombies, et qui vont les faire participer à un jeu de plateau bien étrange…

001-460x300

Oui, c’est là que vous vous dites « comment ça, un jeu de plateau ? ». C’est en effet tout le côté absurde du film Ludo, auquel on ne s’attend évidemment pas. Le synopsis parlant de vampires et surtout nous promettant un film interdit aux moins de 16 ans, on ne pouvait pas deviner que nous allions voir des personnages jouer au jeu des petits chevaux pendant plus de la moitié du film. Moment très décevant d’ailleurs, qui scinde le film en deux parties : une première où l’on suit les adolescents dans leurs péripéties nocturnes, et une deuxième où les fameux « vampires » nous raconte l’origine et la naissance de leur malédiction, qui aurait été causée par ce fameux jeu de plateau « le plus maudit du monde ».

On enchaîne donc une partie assez sympathique, avec des couleurs et une esthétique intéressante et presque rafraîchissante, où les passages dans le centre commercial étaient même à la limite de mettre la pression tant ils avaient tout de même été travaillé, à une partie complètement pathétique où le couple de créatures diaboliques racontent leur histoire sur fond de clans et de chamans puissants. On se serait en fait bien contenter de la partie initiale sans pour autant recevoir autant d’explications et de raisons à l’existence du couple de vampires. Plus ce conte part loin, plus on s’en serait malheureusement passé, et aurait préféré une course poursuite angoissante dans le désertique centre commercial, ce qui avait pourtant bien débuté au commencement de l’oeuvre.

o-LUDO-facebook

L’interdiction aux moins de 16 ans ne se justifie même pas puisque, à part entrapercevoir un peu de nudité et de sexe, rien n’est insurmontable ni ne nous donne l’envie irrépressible de nous cacher les yeux. Cependant, le gore est bien présent et efficace. Mais le rythme est insupportable : une introduction lente et trop longue, une partie géniale qui ne dure pas assez, et une monstrueuse continuité risquée qui nous prouve que, parfois, « expliquer » les choses dans un film d’horreur n’est pas forcément nécessaire ni bon pour le film-même. Le fameux jeu de plateau auquel sont obligés de jouer les protagonistes n’est même pas d’aspect effrayant ; pire, il ressemble au jeu des petits chevaux… un comble pour cet objet soit-disant démoniaque qui fait alors office d’un Jumanji indien un peu cheap

Ma note : 8/20. Ca part trop loin, c’est inintéressant. La seule partie intéressante ne dure pas assez longtemps. Bref, un jumanji horrifique de piètre qualité.

Publicités

Publié le 16 septembre 2015, dans Films horrifiques, et tagué , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :