The Thing

artoff1944

Réalisé en 1982 par le grand maître de l’horreur John Carpenter (Invasion Los Angeles, l’Antre de la Folie, New York 1997, Halloween, Christine, Vampires…), The Thing est l’une de ses œuvres les plus connues. C’est un film américain de renom, entièrement tourné en studio alors que l’histoire se passe en Antarctique. C’est également le film dont Carpenter est le plus fier. Chose amusante, il est sorti au même moment que E.T., un autre film de créature extra-terrestre, et surtout l’exacte même jour que la sortie de Blade Runner. Il est inspiré d’une nouvelle, Who Goes There ?/La Bête d’un autre monde en français (1934), dont sont tirés de nombreux films : La chose d’un autre monde de Christian Nyby en 1951, Terreur dans la Shangai Express de Eugenio Martin en 1972, et enfin le prequel sorti en 2011, réalisé par Matthijs van Heijningen. The Thing est tellement connu qu’un parc à thème s’est ouvert en son nom en Floride ! En quoi cette œuvre est-elle donc un modèle du genre ?

The-Thing-1

L’histoire se déroule en plein désert de l’Antarctique, et se concentre sur un groupe de scientifiques américains qui y ont posé leur base. Un beau jour, alors qu’ils vaquent à leurs occupations habituelles, ils reçoivent la visite mouvementée d’un hélicoptère appartenant au camp des scientifiques norvégiens d’à côté. Ces derniers sont en train de poursuivre avec hargne un chien, mais échouent à l’attraper et meurent bêtement en se faisant exploser eux-mêmes. Les américains sont alors intrigués et partent pour visiter le camp d’où proviennent ces hommes à l’attitude étrange. Une fois arrivée à la base norvégienne, ils se rendent compte que leurs collègues scientifiques avaient découvert une créature gelée dans la glace depuis des millénaires. La ramenant chez eux, ils se rendent vite compte que la créature n’est pas vraiment mort, et qu’ils sont alors exposés à un monstre venu de l’espace, qui « assimile » l’apparence et la composition organique de celui qu’il attaque. Le doute, la peur et la suspicion s’installent alors dans la base polaire…

The-Thing-1982-Kurt-Russell-John-Carpenter-The-Thing-Review-560x236

Ce film est un véritable chef d’oeuvre qui n’a jamais vieilli. Malgré les monstres qui vous paraîtront peut-être un peu « vieux jeu » mais qui restent toutefois extrêmement bien faits et imaginés, The Thing rend compte d’une véritable modernité du cinéma de Carpenter. Le film est gore, mais pas énormément non plus. Un peu à la Cronenberg, les chairs et autres mélanges d’organes un peu hors du commun se mêlent à une histoire qui tient vraiment la route. Le film est lourd de tension, puisque les hommes de la base se méfient tous des uns et des autres, laissant planer un climat pesant de suspicion bien décrite. Ainsi, même le spectateur ne sait pas qui est bon ou mauvais, infecté ou non, et l’on se sent perdu à devoir choisir nos camps et faire des suppositions hasardeuses, ce qui rend le stress encore meilleur. L’hésitation est présente durant toute l’oeuvre, certains scènes cultes (comme celle des échantillons de sang) en deviennent même insupportables, et donc font de The Thing un condensé de sensations incroyable.

THE-THING-1982

On peut d’ailleurs à juste titre voir des références à L’Invasion des Profanateurs, avec ce côté « création de clones » et ces plans de créatures humanoïdes aux cris étranges qui leur déforment la bouche. La tension est encore plus accentuée que l’histoire se déroule en Antarctique, dans un désert silencieux de neige et de montagnes, imperturbable. Les personnages sont donc isolés, l’isolement étant évidemment propice à la folie, la concentration de peur et de doute. Les couleurs tranchent avec cet aspect d’hiver éternel, puisqu’elles sont sombres et font de cet endroit un lieu de cauchemar qui ne présente absolument aucune issue, contrairement à beaucoup de films d’horreur. Aidé par la musique du célèbre et talentueux Ennio Morricone, The Thing présente un cas d’école en terme d’angoisse et d’épouvante.

Vlcsnap-2011-12-30-07h23m32s194

Ma note : 17/20. Un classique, indémodable et extrêmement bien réalisé. A ne pas louper si vous aimez ressentir grâce au cinéma.

Publicités

Publié le 2 novembre 2015, dans Films horrifiques, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :