The Devil’s Candy

maxresdefault47

Réalisé en 2015 par Sean Byrne (dont c’est le deuxième long-métrage après The Loved Ones, film qui était passé à l’édition 2011 du festival de Gérardmer et avait gagné le Prix du Jury), The Devil’s Candy est un film d’épouvante et d’horreur américain qui a été projeté à cette 23ème édition du festival de films fantastiques de Gérardmer 2016 (durant laquelle il a reçu le Prix du Public et le prix de la meilleure musique). Petite surprise inattendue de cette édition, il est emprunt de codes que l’on connaît déjà mais également… de musique métal. Encore un film d’horreur et de possession que l’on aura l’impression d’avoir déjà vu ? Ou du neuf, un peu, enfin ?

C’est l’histoire assez banale d’un (énième) déménagement. Une famille, composée d’une jeune adolescente et de ses parents, s’installe dans leur nouvelle grande maison qui leur promet une vie neuve et heureuse tous ensemble. Le père est peintre et décide de transformer le garage au fond du jardin en atelier de peinture. Cependant, petit à petit, nous découvrons le passé douteux de cette maison et nous rencontrons le fils perturbé et perturbant des anciens propriétaires. Plus ces mystères se dévoilent, plus l’artiste est pris de visions et d’éclairs de plus en plus violents d’inspiration, qui lui font peindre des choses étonnement malsaines, qui commencent à prendre une place démesurée dans son esprit et le poussent à n’être plus lui-même…

devils-candy-1200x675-e1442549010197

The Devil’s Candy a reçu un prix pour sa musique, et ce n’est pas pour rien : en effet, l’oeuvre utilise une musique métal qui est fidèle à l’esprit des personnages, de l’histoire et de l’avancée du scénario tout entier. Cette musique va nous permettre de plonger dans les profondeurs du cerveau ce père mais également de celui de sa fille. Ce genre musical est très présent dans l’oeuvre mais également dans la vie des protagonistes et est tout à fait utile pour instaurer l’ambiance très violente et brutale qui va se développer petit à petit, au fur et à mesure que cette fameuse maison déverse son pouvoir sur eux. A cette ambiance sonore s’ajoute des plans très courts, très calculés, qui permettront un malaise ambiant que l’on perçoit très vite.

Ce film est plein de clichés. Le déménagement qui tourne au cauchemar, la maison qui se met à posséder ses habitants… tout cela n’a rien de très nouveau. Cependant, les propositions de l’oeuvre sont originales et esthétiques. D’abord, on voit des plans détaillés, profonds et rapprochés, qui saccadent l’oeuvre et nous font entrer dans une ambiance intense parsemée de folie. Les acteurs, très bons, apportent à The Devil’s Candy la teneur qu’on applaudit et dont on se réjouit. Cette lente descente dans la folie du personnage aurait évidemment pu être un peu plus travaillé (on aurait aimé que ça tire un peu plus jusqu’au « bout ») mais est tout de même très bien retranscrite, puisque totalement cohérente.

the-devils-candy-artwork

Les murmures du Diable habitent aussi bien le film que les pensées des protagonistes. Au fur et à mesure, le réel devient irréel pour cette petite famille si calme de prime abord. Le père va devenir agressif et va surtout peindre des tableaux à l’esthétique incroyable. J’ai particulièrement adoré l’oeuvre qu’il finit par réaliser : les couleurs, le thème, toute la peinture est incroyable et ponctue le film de sa pointe artistique et démente. Je donnerai cependant un bémol pour la fin de The Devil’s Candy, que je juge très peu cohérente (mais après tout, est-ce vraiment ce qu’on attend d’un film d’horreur?).

Ma note : 14/20. C’était une chouette proposition, qui n’innove pas énormément le genre, mais qui valse avec certains codes d’une très bonne façon.

Pour l’instant, impossible de trouver un trailer convenable.

Publicités

Publié le 25 février 2016, dans Films horrifiques, Gérardmer, Sombres festivals, et tagué , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laissez un frisson

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :