Archives du blog

Jour 3

003

Après deux premiers jours riches en émotion et en films assez bons et très différents les uns des autres, nous avons vu ce vendredi trois films très intéressants. 14H00 pétantes : Der Nachtmahr, film allemand de Akiz, qui est également un artiste plasticien de talent, se lance sur l’écran de la salle 2 du Grand Rex. c6e2b9914039af18e24ad329f98f9857Oeuvre que l’on a beaucoup appréciée, qui mélange musique électro et cauchemar quotidien, elle propose une vision moderne et adolescente du célèbre E.T. que l’on connaît tous, avec une petite créature alien à la fois effrayante, intrigante et parfois même, touchante (et surtout extrêmement bien faite esthétiquement parlant). Lire la suite

Jour 2

maxresdefault

Nous avons commencé cette seconde journée de festival avec le visionnage de Some Kind of Hate, film réalisé par Adam Egypt Mortimer. C’est une oeuvre vengeresse qui met en exergue les problèmes d’impuissance et de haine créés par le harcèlement scolaire. La victime va ici se faire aider d’un fantôme meurtrier et meurtri. Sanglant, pas du tout prétentieux, c’est un bon petit film défouloir qui mérité qu’on le voit ! Lire la suite

Retour sur l’ouverture et le jour 1

blind-sunLe PIFFF s’est ouvert ce mardi soir, avec comme film d’ouverture le drôle et touchant Scream Girl (The Final Girl en VO). Après un discours qui était, au vu des récents événements, important et nécessaire, nous rappelant que la culture -et donc le cinéma- permettait de contrer la bêtise et la violence, les organisateurs du festival nous ont fait visionner le court-métrage Portal To Hell !!! de Vivieno Caldinelli. C’est une œuvre très drôle, bien rythmée et originale, qui se joue des codes de l’horreur. Nous sommes ensuite restés dans la même thématique sentimentale avec Scream Girl, qui est un film de Todd Strauss-Schulson (dont c’est le premier long-métrage) : l’oeuvre est légère, très émouvante, touchante et qui prône ses références horrifiques avec talent. Il n’est ni très gore, ni très effrayant, mais c’était un bon film qui faisait beaucoup de bien. Lire la suite

Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension

Paranormal_Activity_The_ghost_dimension_Poster

Sorti en 2015, Paranormal Activity 5 : The Ghost Dimension est censé être le dernier volet de la très célèbre franchise horrifique. Il est réalisé par Gregory Plotkin, pour qui c’est le premier long-métrage (mais qui a également produit Paranormal Activity : The Marked Ones et Paranormal Activity 4). Après 4 volets et 2 spin off (Tokyo Night et The Marked Ones), la saga Paranormal Activity s’achève sur premier et dernier chapitre en 3D. Comme le veut la coutume pour les found footage, la durée du tournage n’a pas été très longue ; il aura fallu seulement 45 jours pour boucler l’oeuvre. Malgré la sombre affaire de Perpignan, où une centaine de jeunes était entrée dans un cinéma pour tout saccager lors d’une séance de ce film, ce dernier a tout de même réalisé 320 000 entrées au box office français. Beaucoup critiquée, est-ce que la franchise nous propose avec son cinquième numéro quelque chose de nouveau, ou sommes-nous déjà ennuyés d’un énième volet ? Lire la suite

Insidious

4fdfce3175487b4d70591e730bbc8779_large

Réalisé en 2010 par le très connu James Wan (Saw, The Conjuring, Aquaman, Fast & Furious 7, Death Sentence, Dead Silence…), Insidious est un film américain d’épouvante-horreur qui a fait sensation dans le public. Pour son cinquième long-métrage, James Wan se promet de réaliser le film d’horreur le plus terrifiant qui soit. Son but avec Insidious était de faire peur, réellement peur. Il avait aussi fait le pari d’être un tant soit peu original en parlant de projection astrale, chose très peu faite dans ce coin de cinéma selon lui. Ce film fait partie pour le moment d’une trilogie assez inégale, mais qui fait pourtant se suivre les chapitres de l’oeuvre en les liant. Il est le film le pus rentable de l’année 2011, et a été nommé dans plusieurs festivals (le Festival International du Film de Toronto, le Festival Hallucinations Collectives de Lyon, ou encore le Festival Internationale du Film de Catalogne). Le film vaut-il tout ce raffut ? Lire la suite

The Thing

artoff1944

Réalisé en 1982 par le grand maître de l’horreur John Carpenter (Invasion Los Angeles, l’Antre de la Folie, New York 1997, Halloween, Christine, Vampires…), The Thing est l’une de ses œuvres les plus connues. C’est un film américain de renom, entièrement tourné en studio alors que l’histoire se passe en Antarctique. C’est également le film dont Carpenter est le plus fier. Chose amusante, il est sorti au même moment que E.T., un autre film de créature extra-terrestre, et surtout l’exacte même jour que la sortie de Blade Runner. Il est inspiré d’une nouvelle, Who Goes There ?/La Bête d’un autre monde en français (1934), dont sont tirés de nombreux films : La chose d’un autre monde de Christian Nyby en 1951, Terreur dans la Shangai Express de Eugenio Martin en 1972, et enfin le prequel sorti en 2011, réalisé par Matthijs van Heijningen. The Thing est tellement connu qu’un parc à thème s’est ouvert en son nom en Floride ! En quoi cette œuvre est-elle donc un modèle du genre ? Lire la suite

The Visit

341677

Réalisé et sorti en 2015, The Visit est un film américain d’épouvante-horreur du grand réalisateur un peu controversé M. Night Shyamalan (The Village, Sixième Sens, Signes, Phénomènes, La Jeune Fille de l’Eau…), très critiqué pour ses derniers films qui n’avaient plus la même saveur que ses premiers. Le film aurait dû s’appeler « Sundowning », en référence au syndrome de « l’état crépusculaire » dont sont victimes les fameux grands-parents du film. Le réalisateur décide d’innover avec The Visit, puisqu’il produit ici sont premier found footage. Oeuvre la moins coûteuse de Shyamalan, elle est déconseillée aux moins de 12 ans. Le réalisateur autrefois loué pour son travail et ses films de grande qualité a-t-il signé son retour dans le domaine des thrillers et de l’horreur subtile en utilisant ce genre très controversé de la caméra à l’épaule ? A-t-il de nouveau fait fuir les amoureux du genre ? Lire la suite

Cabin Fever

18382934

Réalisé en 2002 et sorti dans les salles en août 2004, Cabin Fever est un film d’horreur américano-britannique d’Eli Roth (Hostel, Green Inferno, Knock Knock…). C’est d’ailleurs le tout premier long-métrage du réalisateur. L’oeuvre, faite sans aucun effet spécial ni image de synthèse (juste avec l’utilisation de maquillage), est inspiré de faits réels de la vie du jeune Eli Roth : lorsqu’il avait 19 ans, il a contracté une infection au visage, ce qui fit tomber sa peau en lambeaux (ou presque). Il eut alors l’idée de faire tourner son premier film d’horreur (genre qu’il a toujours affectionné) autour d’une maladie trop peu connue, et qui s’appelle la fasciite nécrosante. C’est une maladie souvent mortelle, qui détruit la chair et les tissus du corps humains. Très grandement inspiré de l’ambiance et de l’esthétique des films d’horreur des années 80, comment Cabin Fever s’en sort-il, et comment ce réalisateur maintenant si connu a-t-il débuté dans le cinéma de genre ? Lire la suite

Green Inferno

green-inferno-poster-900

Film qui sort en e-cinéma uniquement le 16 octobre 2015, Green Inferno a pourtant été tourné en 2012. Depuis deux ans, cette nouvelle œuvre du réalisateur Eli Roth (Cabin Fever, Hostel, Knock Knock…) tente tant bien que mal de sortir aux yeux du grand public, et ce n’est donc que très récemment que Jason Blum, nouveau grand distributeur de cinéma d’horreur au Etats-Unis, lui a offert une date de sortie US. Green Inferno a été tourné au Chili ainsi qu’au Pérou, et les autochtones de la forêt amazonienne ont contribué au tournage en tant que figurants. Anecdote amusante d’ailleurs : ils n’avaient jamais vu de film de leur vie. Eli Roth leur a alors fait découvrir le cinéma grâce à l’inconditionnel Massacre à la Tronçonneuse, ce qui les a emballés. Annoncé comme un film s’inspirant énormément de Cannibal Holocaust et de sa signature gore et déviante, a-t-il été à la hauteur du chef d’oeuvre italien de 1979 ? Lire la suite

The Corpse of Anna Fritz

The-Corpse-of-Anna-Fritz-poster

Réalisé en 2015 et présenté la même année à l’Etrange Festival de Paris, The Corpse of Anna Fritz est un film espagnol de Hector Hernandes Vicens vraiment osé et qui se targue d’être interdit aux moins de 12 ans (et de le mériter). C’est le premier long métrage du réalisateur hispanique et il décide de frapper fort avec un huis-clos qui parle de … nécrophilie. En connaissant ce synopsis transgressif et douteux, on peut se demander comment un film d’à peine une heure et quart peut amener ce sujet sensible et immoral ? Lire la suite