Archives du blog

Dernier jour et palmarès

5ef52f9c4024b93f5b1561ff4d0e2c26

Nous en avions fini avec les films de la compétition du festival en ce dimanche. Compétition qui, de manière évidente, nous a présenté des films tous tournés vers la jeunesse et ses dérives, ses doutes, ses effrois… son futur. En parlant de tout ça, le festival nous a inconsciemment (ou non) fait le portrait de l’avenir des sociétés. Lire la suite

Publicités

Jour 4

dont grow up web grande

En plein festival, nous commencions cette quatrième journée par le film franco-espagnol de Thierry Poireaud : Don’t Grow Up. Le titre est extrêmement significatif puisqu’il s’agit là d’une sorte de film de contagion qui nous présente un virus qui rendrait les adultes fous et dangereux pour les enfants et adolescents présents sur l’île sur laquelle se déroule l’action. On suit alors quelques jeunes d’un foyer qui tentent de survivre et surtout… de ne pas grandir. Le début du film est original et bien rythmé, mais hélas, comme pour énormément des films présentés en compétition, il est lent et tire vraiment sur certaines séquences. Nous avons l’impression de n’assister à aucune prise de position et l’oeuvre ne semble pas mener à grand chose après sa première demie-heure. Lire la suite

Jour 3

003

Après deux premiers jours riches en émotion et en films assez bons et très différents les uns des autres, nous avons vu ce vendredi trois films très intéressants. 14H00 pétantes : Der Nachtmahr, film allemand de Akiz, qui est également un artiste plasticien de talent, se lance sur l’écran de la salle 2 du Grand Rex. c6e2b9914039af18e24ad329f98f9857Oeuvre que l’on a beaucoup appréciée, qui mélange musique électro et cauchemar quotidien, elle propose une vision moderne et adolescente du célèbre E.T. que l’on connaît tous, avec une petite créature alien à la fois effrayante, intrigante et parfois même, touchante (et surtout extrêmement bien faite esthétiquement parlant). Lire la suite

Jour 2

maxresdefault

Nous avons commencé cette seconde journée de festival avec le visionnage de Some Kind of Hate, film réalisé par Adam Egypt Mortimer. C’est une oeuvre vengeresse qui met en exergue les problèmes d’impuissance et de haine créés par le harcèlement scolaire. La victime va ici se faire aider d’un fantôme meurtrier et meurtri. Sanglant, pas du tout prétentieux, c’est un bon petit film défouloir qui mérité qu’on le voit ! Lire la suite

Retour sur l’ouverture et le jour 1

blind-sunLe PIFFF s’est ouvert ce mardi soir, avec comme film d’ouverture le drôle et touchant Scream Girl (The Final Girl en VO). Après un discours qui était, au vu des récents événements, important et nécessaire, nous rappelant que la culture -et donc le cinéma- permettait de contrer la bêtise et la violence, les organisateurs du festival nous ont fait visionner le court-métrage Portal To Hell !!! de Vivieno Caldinelli. C’est une œuvre très drôle, bien rythmée et originale, qui se joue des codes de l’horreur. Nous sommes ensuite restés dans la même thématique sentimentale avec Scream Girl, qui est un film de Todd Strauss-Schulson (dont c’est le premier long-métrage) : l’oeuvre est légère, très émouvante, touchante et qui prône ses références horrifiques avec talent. Il n’est ni très gore, ni très effrayant, mais c’était un bon film qui faisait beaucoup de bien. Lire la suite

Le PIFFF 2015 arrive !

12186770_1226380354055430_9194324669132047759_o

Le PIFFF, ou Paris International Fantastic Film Festival, est un festival parisien créé en 2011 par l’association Paris Ciné Fantastique, en partenariat avec le très connu magazine Mad Movies. Ce festival, dont c’est cette année la 5ème édition, propose tous les ans des longs et courts métrages inédits dans le domaine du cinéma de genre (fantastique, horreur, science-fiction…) Lire la suite

Stitches

arton20829

Sorti en mai 2014 directement en DVD, et n’ayant donc pas foulé le sol de nos salles françaises, Stitches a été réalisé en 2012 et est plus connu sous le titre « Dark Clown ». Le film irlandais, passé au Paris International Fantastic Film Festival en 2013, a été récompensé par le jury et le public lors de la cérémonie de clôture. Son réalisateur, Conor McMahon (Dead Meat), a voulu reprendre à sa façon le mythe du clown tueur. Encore un film sur les clowns me direz-vous ; est-ce que celui-là vaut le coup ? Lire la suite

Tusk

tusk-poster

Sorti en 2014 et n’étant pas passé inaperçu, Tusk est le nouveau et tout récent film de Kevin Smith (Dogma, Jay & Bob contre attaquent, Top Cops, Red State…). Réalisateur assez controversé car proposant souvent des films à l’humour particulier, le réalisateur a autorisé le Paris International Fantastic Film Festival à nous présenter ce film en séance de clôture. Et quel film ! Comme à son habitude, Kevin Smith ne veut absolument pas que l’on reste de marbre devant son œuvre ; et évidemment, ça marche encore une fois. Mais en bien ou en mal ? Pouvant être assimilé à l’idée du très glauquissime Human Centiped, ce film classé dans la catégorie Epouvante-Horreur est plus un film au caractère choquant et dérangeant qu’un film qui vous fera peur. Il pourra ne pas être considéré comme révoltant par certains d’entre vous, mais personne ne pourra lui retirer le mérite de proposer quelque chose de nouveau et qui ne laisse pas indifférent. Et puis, il y a un Johnny Depp extrêmement bien grimé dedans, ainsi que sa fille Lily-Rose. Lire la suite

Housebound

housebound1

Sorti en 2014, Housebound est un film néo-zélandais qui fait énormément parler de lui dans la presse de genre américaine. C’est la première œuvre du réalisateur Gerard Johnstone et elle fait le tour des amateurs de film d’horreur en se baladant de festivals en festivals. Certains d’entre vous ont d’ailleurs pu le visionner au Paris International Fantastic Film Festival de cette année 2014. Un casting plus ou moins inconnu et une affiche officielle sous forme de portrait familial qui peut étonner mais qui n’a pas l’air de sortir des sentiers battus, voilà ce qu’offre Housebound au premier abord, avec évidemment toutes ces critiques qui l’encensent et ces classements qui le placent en haut du podium des « meilleurs films d’horreur de l’année ». Ont-ils raison de l’autre côté de l’océan ? Lire la suite